Le tétanos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le tétanos

Message par andaine le Dim 25 Juin 2017 - 13:18

Sixième Cursus - Le Médecin
Cours II : Les épidémies

Le tétanos






Causes du tétanos

Le tétanos est une maladie infectieuse1, une grave complication des plaies et des interventions chirurgicales.
Pourquoi intégrer cette maladie dans les épidémies et non dans les maladies ? Tout simplement parce que le tétanos apparaît par vagues subites, décimant durant une courte période un grand nombre de malades se trouvant au sein d'Hospices ou d'Hostel-Dieux, et disparaissant aussi rapidement, laissant la vie sauve aux patients des jours suivants.

La maladie apparaît à la chaîne, auprès des personnes possédant une ou plusieurs plaies, et/ou ayant subi une intervention chirurgicale.
Nous pourrions de ce fait penser que le tétanos apparaît lorsque les actes chirurgicaux ne sont pas fais dans de bonnes conditions, sans aucune valeur d'hygiène.
Seulement une telle conclusion serait malaisée : il apparaît que la maladie peut être absente d'un lieu médical, où le respect de l'hygiène est à son paroxysme, durant plusieurs mois, mais faire des ravages lors d'autres mois sans que les critères de salubrité ne changent2.

Il convient donc de vérifier chaque plaie, chaque fracture, de les nettoyer avec attention, et surtout d'isoler les personnes présentant les symptômes que nous allons voir par la suite des autres patients.
Il est même plus que conseillé de cloisonner les patients arrivant dans les officines pour se faire recoudre une plaies dès leur venue.
Nous ne le répéterons jamais assez : "mieux vaut prévenir que guérir..."


Symptômes

Les Grecs anciens connaissaient déjà le tétanos.
Du moins on retrouve dans les écrits d'Hippocrates des descriptions des formes graves.
En voici les principaux traits :


  • "Si un spasme survient à la suite d'une blessure, il est mortel".
  • "Les malades atteints de tétanos sont emportés en quatre jours. Ceux qui dépassent ce terme guérissent".
  • "A Larisse, Scamandre eut la hanche frappée de sphacèle, et un déquestre se détachait lentement ; on lui fit une incision grande et jusqu'à l'os ; puis on le cautérisa. Alors, le douzième jour de l'incision commença un spasme qui alla en augmentant : la jambe du côté malade était tirée jusque sur les côtes ; le spasme passait aussi de l'autre côté ; la jambe se fléchissait et s'étendait ; elle mettait en mouvement les autres parties, les mâchoires se fixèrent. Cet homme mourut dans les spasmes le huitième jour après l'invasion des accidents spasmodiques".
  • "Celui qui fut blessé d'un trait aigu en arrière, un peu au bas du cou, avait une plaie en apparence sans importance car elle ne pénétrait pas en profondeur. Mais, au bout de quelques temps, le trait ayant été retiré, le blessé fut saisi de contractions en arrière, semblables à celles de l'opisthotonos ; les mâchoires devinrent rigides ; s'il prenait quelque liquide dans la bouche et qu'il s'efforçât de l'avaler, le liquide revenait par les narines, et aussitôt les autres accidents s 'aggravaient ; il mourut le second jour"



Ces quelques lignes sont riches d'informations.
En effet, selon Hippocrate définit le tétanos comme étant une maladie foudroyante, annoncée par des spasmes violents, cambrant et tordant le corps du patient qui s'arc boute, crispant le visages en des rictus inquiétants.

Guy de Chauliac ne présente sa propre description du tétanos, qui n'est pas sans rappeler celle d'Hippocrate : "Les signes communs sont, difficile mouvement des membres, tension du col, contraction des lèvres, comme s'il voulait rire, estroitesse des maschoires, dents et gosier : estorsement des yeux et de tout le visage."

Vous ne vous étonnerez donc pas de retrouver le tétanos sous le terme de "convulsions" dans un bon nombre de Traités, puisque ce mot décrit au mieux la maladie3.
Les auteurs y présentent des convulsions de deux types : les convulsions sèches et les convulsions humides, chacune pouvant être traitées d'une manière différente.
Mais il est assez difficile de comprendre la différence entre ces deux types de convulsions. Il semblerait que la convulsion sèche englobe toutes les convulsions du corps, les crispations des muscles, les difficultés articulaires. Quant à la convulsion humide, cette dernière arriverait dans un second temps, avec la crispation involontaire des mâchoires (le trismus)et un aspect du visage particulier : les yeux sont étonnés ou plissés. Cette dernière phase entraînant une éjection par les narines des solutions liquides qu'a pu préalablement ingérer le patient, ou encore un écoulement anormale de fluide au niveau des orbites. Cela pourrait ainsi expliquer ce terme de "convulsion humide".





Différents remèdes

Il n'existe pas de remèdes fiables pour soigner le tétanos.
Outre les actions préventives dont nous avons parlé précédemment, nous pouvons tout de même présenter un "remède" pour chaque type de convulsions.

Pour ce qui est de la convulsion sèche, Guy de Chauliac nous présente le traitement suivant : "le baing et après le baing une onction d'huile humide et que cela soit souvent réitéré".
Sur les articulations et au point de départ des muscles, il préconise d'appliquer un mélange d'huile et d'eau où auront cuit "feuilles de saule , orge, violettes et nênufar".

Quant à la convulsion humide, il est recommandé d'utiliser des onctions à base d'onguent, où entrent de nombreuses substances, comme l'huile muscellin, la petrehuile, le styrax, la calamite, l'huile castorin ou encore la graisse de limace rouge.
Guy de Chauliac indique aussi : "qu'un baston soit tenu entre les dents, afin qu'elles ne se ferment pas du tout".

Et enfin, en dernier recours : "Et si on n'y peut faire autre chose, le nerf qui mande la nuisance soit totalement retranché, comme Rhasis le conseille : car il vaut mieux perdre l'action d'un membre, que de tout le corps". Mais cette solution doit vraiment venir après épuisement de toutes les autres solutions, et surtout si elle garantie clairement la survie du patient.
Il est préférable de ne pas rajouter à la douleur initiale si le malade présente des signes d'une prochaine mort de façon évidente.





Cours rédigé par Meleagre d'Aeden,
Médecin diplômé de l'Ostel-Dieu de Paris



Notes a écrit:
1 La bactérie Clostridium tetani, ubiquitaire dans le sol, peut contaminer toute plaie et s'y développer si les conditions sont favorables. Cette bactérie produit une toxine qui perturbe la transmission des signaux nerveux dans le cerveau, ce qui entrave gravement la fonction des muscles.

2 Il est évident que cette vision médiévale n'a plus raison d'être de nos jours. En effet, même si les critères d'hygiène restent à leur maximum, il suffit souvent d'un seul malade dont la plaie est infectée par la bactérie, pour créer une réaction en chaîne, et propager la maladie aux autres patients.
Le Clostridium tetani vivant sous forme de spores extrêmement résistants, la contagion est donc très présente.
Mais n'oublions pas qu'actuellement un vaccin existe, bien que de nombreux pays en voie de développement soient touchés par cette maladie.


3 En effet, la toxine du tétanos cause une hyperexcitabilité des muscles, ce qui mène à des spasmes, voir même presque des convulsions.
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1514
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum