La goutte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La goutte

Message par andaine le Dim 25 Juin 2017 - 12:59

Sixième Cursus - Le Médecin
Cours I : Les maladies

La goutte






Aussi nommée "podagre".



Introduction


Comme le disait Arétée de Cappadoce au IIe siècle : "seuls les Dieux détiennent le secret de la goutte 1".
De son temps peut-être... Mais de nos jours plus vraiment. En effet nous sommes maintenant en mesure de comprendre et de soigner cette affliction qui reste l'une des plus courantes.

La difficulté de reconnaître et de comprendre la goutte par le passé tient en une seule chose : le caractère insidieux de cette maladie.
En effet, les personnes atteintes réagissent de manières différentes, posant ainsi quelques problèmes d'interprétation.
Souvent confondue avec le saturnisme, aussi appelé "goutte saturnine", il est souvent difficile de bien comprendre ce que l'on nous expose.

Cette affliction est connue depuis depuis Hippocrate, mais ne fut réellement étudiée pour en dégager des traitements qu'à partir de Jacques le Psychriste. Puis nous en retrouvons traces dans les écrits d'Avicenne.
Seulement aucun de ces médecins illustres ne nous présentent de cas physique, d'étude approfondie de la goutte.
Pourquoi ? La raison est fort simple : car cette maladie touche surtout les puissants, et de ce fait il est fort difficile de faire d'un Duc ou d'un Roi un sujet d'étude médicale.
Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que nous l'appelons couramment "la maladie des rois" 2...

Vous l'avez donc compris : ce cours sera plus succin que les autres.
Il est nécessaire de vous présenter tout de même ce qu'est cette maladie, mais cela ne se fera pas dans le détail...


Les causes


Comme nous l'avons dit précédemment, il semblerait que cette maladie ne touche que les plus puissants, les plus riches.
Nous sommes alors en droit de nous demander pour quelle raison ?
D'après de récentes études, et en prenant pour modèle quelques écrits des Anciens, il convient de penser que l'alimentation joue un rôle majeure dans l'apparition de la goutte 3.

C'est en effet suite à une alimentation trop riche que la maladie semble apparaître.
Il est donc presque impossible de prévenir de cette maladie, et nous ne pouvons de ce fait que constater ses symptômes et essayer d'amener à la guérison du patient.


Les symptômes


La maladie attaque principalement les extrémités, à savoir les mains et les pieds, avec une forte préférence pour ces derniers.
En effet il est fort courant de rencontrer un patient se plaindre de douleurs se situant au niveau de ses orteils.

Quelques jours avant les accès, le malade ressent un énervement, son tempérament change et il éprouve des troubles digestifs.
Puis tout à coup, vers minuit, survient une violente douleur pour le moins exquise dans le gros orteil dont l'articulation s'enraidit. Le seul contact du drap devient insupportable et le sujet a l'impression d'avoir de la poix bouillante dans l'orteil. Ces accès peuvent se renouveler de plus en plus fréquemment si rien n'est fait.
Mais la goutte peut se propager aussi aux autres articulations et y former des nodosités, ainsi qu'aux pavillons des oreilles.
Les articulations, à la longue, se tuméfient et se déforment.

La goutte devient au final un véritable rhumatisme, allant en se chronicisant, et risquant de s'étendre encore plus, aux épaules, à la nuque, aux genoux, aux coudes, etc…
Toutes les jointures ont alors du mal à se mouvoir et un tel état peut, ce n'est pas rare, s'accompagner de fièvre.
On entend aussi distinctement un crépitement à chaque mouvement des articulations .





Remèdes


Une mise au régime est primordiale pour aider à la guérison d'un patient.
Il faut veiller à ce que les repas de ce dernier soient appauvris en charcuterie et en alcool, et amener le malade à boire de grandes quantités d'eau.

Durant ce laps de temps il vous faudra aussi agir sur la douleur ressenti par votre patient. De ce fait vous devrez préconiser différents types d'infusions et de décoctions : reine des prés, prèle, saule blanc...

Je peux vous proposer l'infusion suivante :


    - Reine des près (sommités fleuries) - Frêne (feuilles) - Cassis (feuilles) - Saule (écorce) - Pensée sauvage (plante entière) - Bouleau (feuilles) - Harpagophytum (racine) 30 grammes pour un litre d'eau. Prendre 3 à 6 tasses par jour selon l'intensité des douleurs.



Et enfin sachez qu'aucun végétal ne pose problème chez un goutteux. N'hésitez donc pas à en prescrire un grand nombre si la saison le permet.




Cours rédigé par Meleagre d'Aeden,
Médecin diplômé de l'Ostel-Dieu de Paris



Notes a écrit:
1 Arrété de Cappadoce, médecin grec du IIe siècle après notre ère.
Il écrivit cette phrase dans son De causis et signis diuturnorum morborum.

2 Réputée comme la maladie du "[trop] bon vivant", elle apparaît en effet suite à la consommation d'éléments carnés. Au Moyen Age une telle alimentation était un luxe, et donc clairement assimilable aux classes aisées.

3 La goutte résulte de la difficulté pour l’être humain, contrairement à de nombreuses espèces animales, d’éliminer l’acide urique, un produit de la dégradation des purines, un constituant majeur de l’ADN.
Les purines sont produites par la dégradation ou le renouvellement rapide d’organes riches en cellules (lors du jeûne qui entraîne une fonte musculaire, par exemple) ou par la consommation d’aliments riches en acides nucléiques (en règle générale, les aliments riches en protéines.
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1508
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum