An de grasce 1465

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

An de grasce 1465

Message par andaine le Dim 15 Jan 2017 - 15:44

02/01/1465 Jeu, set... et match ?

Angers (AAP) - En ces fêtes de fin d'année, Angevins et royalistes peuvent se réjouir de la fin de la deuxième manche de leur guéguerre. Après une victoire à l'usure de l'Anjou au printemps, c'est une victoire à l'usure de la Couronne aux portes de l'hiver que nous offrent les deux camps.

Nous vous avions préparé un joli article avant les fêtes de la Saint-Noël, mais vous savez ce que c'est : on file ça à un employé des presses qui le pose quelque part avant d'aller se pinter la tronche et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, le papier est perdu. Nous ne retracerons donc pas en détail les derniers affrontements armés de décembre, mais nous en ferons un petit résumé.

Suite à notre premier article, publié il y a un mois, les armées royalistes ont lancé plus d'une douzaine d'assauts supplémentaires sur les armées angevines. Chaque assaut s'est soldé par le même statu quo : des pertes de part et d'autre, la balance penchant d'un côté ou de l'autre suivant les jours, et des blessés que l'on revoit le lendemain sur le champ de bataille, piqués au jus de cerise ou à la purée de châtaigne.

Mais le 18 décembre, la duchesse d'Anjou, Shiwan Kapoor, a laissé son trône à la tête de liste adverse, Nevada. Un nouveau conseil s'est alors mis en place et peut-être une nouvelle gouvernance. Toujours est-il que, dès le 23 décembre, l'armée bretonne (sous pavillon angevin) « Les bonnets rouges », arrivée le 27 novembre à Angers après avoir pris Laval le 24 se démantelait.

Il s'est dit dans les rangs des mercenaires et brigands qui peuplaient ses rangs que la lassitude les gagnaient et que, les fêtes approchant, certains avaient envie de filer la route. Il faut dire aussi que si la plupart n'aiment pas les Angevins, ils détestent encore plus la Couronne. Pas forcément facile dans ces conditions de tenir l'épée à la main.

Pourtant, Lemerco, premier meneur de cette armée, nous avouait sans détour quelques jours plus tôt être venu en Anjou pour « faire en sorte que le pouvoir de la Couronne s'affaiblisse en l'enlisant dans une guerre longue et coûteuse ». Au final elle aura été tout aussi pesante pour les Angevins.

La suite s'est déroulée rapidement puisque toutes les armées angevines restantes, soit « La camarde », « Justiciers Expéditionnaires Urgentistes » et « Giboulées d'Anjou » baissaient pavillon le lendemain.  À ce jour, aucune communication officielle n'est venue étayer ce refus de combattre après tant de semaines d'affrontement. Toujours est-il que la Reyne Lafa s'est félicitée de la nouvelle stratégie angevine dans une annonce en date du 27 décembre et que de son côté, le Comte du Poitou, Motep de Ponsay-Navarro, a précisé que les armées poitevines laissent le soin à la Couronne d'administrer Angers, car elles ont fait leur office en apprenant « les bonnes manières aux Angevins ».

Au jour où ces lignes sont écrites les troupes royalistes sont à Angers, mais le château est toujours angevin. Quant à moi, je vais pleurer sur la dépouille de mon bel article qui n'a pas été publié.

22, pour l'AAP.
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1510
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1465

Message par andaine le Dim 15 Jan 2017 - 15:49

06/01/1465 La Saga du Léman

Genève (AAP) - Si vous désirez entamer une nouvelle année musclée, il est encore temps de s’inscrire à la quinzième édition du Tournoi du Léman. Elle aura lieu le vendredi 13 janvier 1465, à Morat, à vingt lieues au nord de Fribourg (nœud 558). L'AAP ne manquera pas de vous en faire le récit détaillé et vous serez peut-être le grand vainqueur proclamé à la une d'un prochain article.

Comme nous vous en parlions dans notre article du 22 novembre dernier, ce tournoi est régi par des règles ancestrales, dites de « lutte gymnopédique » où nombre de participants s'affrontent brutalement dans la nuit noire.

« Les lopettes, ils ont la soule pour exprimer leur sensiblerie affectée. Attention, on sait aussi faire des cœurs avec les doigts au tournoi ! On fait dans l'épique ET le romanesque », précise Izaac, organisateur actuel du tournoi et ancien participant, notifiant ainsi que des couples se sont créés à la faveur des claques et croche-pieds, donnant au Tournoi un aspect plus douceâtre qu'il n'y paraît.

Mais saviez-vous que cette institution genevoise a vu le jour voilà huit ans ? C’est effectivement en 1457 que le Lion de Juda, groupuscule religieux, décide de « prélever sa part » sur les routes de l'Aristotélité, édifiant en acte de foi un simple détroussage. Précepte que l'on retrouve dans le quatrain du poète Omar Khayyam :

« Mon bien est disséminé aux quatre vents,
Et je chevauche en tous lieux pour le rassembler.
Il n'est jamais donné à Déos que l'aumône que l'on consent aux pauvres.
Tout le reste est donné au monde et je viens prélever ma part. »

Il est alors question de plusieurs petits tournois dans l’année. Au mois de mai 1457, le gouvernement en place autorise estrades et patentes pour tenir échoppes lors de la sixième rencontre. Beignets, fleurs, graines salées et autres vinasses du coin sont alors vendus par de nombreux marchands venus de tout l’Empire. Le Tournoi du Léman prend pour la première fois une tournure plus importante et il devient l’affaire de tous, même si, pour ses débuts, il ne rassemble qu’une quinzaine de participants, dont presque tous sont Genevois, et futurs sicaires du Lion de Juda.

À partir de ce moment, le Tournoi devient un rassemblement annuel, articulé autour des règles que l'on connaît. C'est au sortie de la guerre contre la Savoie en octobre 1459 qu'il connaît sa plus grosse fréquentation avec pas moins de 91 castagneurs et 4 550 écus se trimbalant d'une poche à l'autre. Depuis, le nombre de participants va et vient au gré des conflits qui secouent le Royaume, du temps qu'il fait, et de la qualité de la bière.

Cette année les organisateurs recensent pour le moment 53 personnes. Nous gageons que les manches en rase campagne seront serrées.

Ophéliquement Satynique, pour l'AAP06/01/1465 La Saga du Léman
Genève (AAP) - Si vous désirez entamer une nouvelle année musclée, il est encore temps de s’inscrire à la quinzième édition du Tournoi du Léman. Elle aura lieu le vendredi 13 janvier 1465, à Morat, à vingt lieues au nord de Fribourg (nœud 558). L'AAP ne manquera pas de vous en faire le récit détaillé et vous serez peut-être le grand vainqueur proclamé à la une d'un prochain article.

Comme nous vous en parlions dans notre article du 22 novembre dernier, ce tournoi est régi par des règles ancestrales, dites de « lutte gymnopédique » où nombre de participants s'affrontent brutalement dans la nuit noire.

« Les lopettes, ils ont la soule pour exprimer leur sensiblerie affectée. Attention, on sait aussi faire des cœurs avec les doigts au tournoi ! On fait dans l'épique ET le romanesque », précise Izaac, organisateur actuel du tournoi et ancien participant, notifiant ainsi que des couples se sont créés à la faveur des claques et croche-pieds, donnant au Tournoi un aspect plus douceâtre qu'il n'y paraît.

Mais saviez-vous que cette institution genevoise a vu le jour voilà huit ans ? C’est effectivement en 1457 que le Lion de Juda, groupuscule religieux, décide de « prélever sa part » sur les routes de l'Aristotélité, édifiant en acte de foi un simple détroussage. Précepte que l'on retrouve dans le quatrain du poète Omar Khayyam :

« Mon bien est disséminé aux quatre vents,
Et je chevauche en tous lieux pour le rassembler.
Il n'est jamais donné à Déos que l'aumône que l'on consent aux pauvres.
Tout le reste est donné au monde et je viens prélever ma part. »

Il est alors question de plusieurs petits tournois dans l’année. Au mois de mai 1457, le gouvernement en place autorise estrades et patentes pour tenir échoppes lors de la sixième rencontre. Beignets, fleurs, graines salées et autres vinasses du coin sont alors vendus par de nombreux marchands venus de tout l’Empire. Le Tournoi du Léman prend pour la première fois une tournure plus importante et il devient l’affaire de tous, même si, pour ses débuts, il ne rassemble qu’une quinzaine de participants, dont presque tous sont Genevois, et futurs sicaires du Lion de Juda.

À partir de ce moment, le Tournoi devient un rassemblement annuel, articulé autour des règles que l'on connaît. C'est au sortie de la guerre contre la Savoie en octobre 1459 qu'il connaît sa plus grosse fréquentation avec pas moins de 91 castagneurs et 4 550 écus se trimbalant d'une poche à l'autre. Depuis, le nombre de participants va et vient au gré des conflits qui secouent le Royaume, du temps qu'il fait, et de la qualité de la bière.

Cette année les organisateurs recensent pour le moment 53 personnes. Nous gageons que les manches en rase campagne seront serrées.

Ophéliquement Satynique, pour l'AAP
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1510
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1465

Message par andaine le Dim 15 Jan 2017 - 15:51

13/01/1465 Crise de foi dans le Royaume de France

Honfleur (AAP) - Depuis que l'AAP compte un ambassadeur normand dans ses rangs, nous avons appris combien certaines provinces sont calmes. Mais parmi le calme des plus calmes, se trouve le calme religieux.

On constate un peu partout ce désert alarmant : les messes ne sont pas dites forcément régulièrement ; les bancs des églises sont un peu poussiéreux, à part les deux de devant parfois ; les diocèses n'ont pas toujours de curé. Il y a peu, une Bourguignonne nous écrivait pour nous alarmer quant au vide religieux sidéral qui semble s'être établi en Bourgogne. Et c'est un peu partout qu'on remarque le trou béant que laisse la religion, pas toujours comblée par les autres obédiences comme l'Eglise de France ou la Réforme.

Les ecclésiastiques semblent plus enclins à se regrouper entre eux dans de lugubres monastères ou à Rome, plutôt que de prêcher la bonne parole auprès de leurs ouailles. Et si parfois on entend des prêches au marché ou à la mairie, c'est tellement exceptionnel qu'on en sursaute de surprise sans vraiment comprendre ce qui nous arrive.

Cependant, certains prélats font tout pour s'activer. Ainsi, nous évoquions à l'automne dernier un vice-primat, Monseigneur Lotx de Fayolle, organisant le tout premier concours de prêches du Royaume. Si l'idée était excellente, elle n'eut pas réellement le succès escompté avec des prêcheurs pouvant se compter sur les doigts de la main. D'une seule main.

De la même manière, la diaconesse de Fribourg, Monseigneur Orée, semble de ces actifs puisque dès le premier pied posé dans la capitale helvète, on peut entendre ses prêches. Et même si ils sont à tendance politique en ce jour, ce sont toujours des prêches.

Enfin, nous parlerons de Monseigneur Théodoric de Walburghe, curé de Fécamp, qui rédige actuellement un Guide de l'Aristotélicien Malin pour aider les gens à « se comporter de manière aristotélicienne, en toutes circonstances, même les plus ardues ». Dans le premier chapitre qu'il a fait parvenir à la rédaction, on apprend ainsi comment « Lutter contre les désirs de chair en taverne ». Et parce que l'AAP contribue à aider son prochain, on vous résume les solutions apportées pour éviter que vous vous égariez.

Tout d'abord, devant une personne vraisemblablement entreprenante charnellement à l'excès, il est conseillé de rire « aux blagues salaces » et de lui faire croire qu'il « y a moyen de moyenner ». Pour ça, boire en quantité suffisante est souhaitable et vous fera paraître plus docile. C'est quand le harceleur physique entrera en action (c'est-à-dire quand il vous touchera), que vous prendrez les choses en main. L'idée est de l'immobiliser violemment, de le ficeler avec votre chapelet et de l'assommer à coup de Livre des vertus. Une fois la bête hors d'état de nuire (l'auteur ne précise pas si le meurtre en ce cas est gênant), vous pouvez la détacher pour récupérer vos biens et entonner « Je lutte contre la Turlute » sur le chemin de sortie. L'auteur conseille fortement une séance de flagellation pour terminer la soirée, parce que « ça ne fait jamais de mal ».

Espérons que l'avenir rendra l'Eglise aristotélicienne plus brillante que ce n'est le cas.

Eliance, pour l'AAP

-------------------------------------------
HRP - Premier chapitre de Guide de l'Aristotélicien Malin :
http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=90572340&highlight=#90572340
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1510
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

An de grasce 1465

Message par andaine le Sam 25 Mar 2017 - 20:51

03/02/1465 Du roux dans le Gratin (Dauphinois)

Briançon (AAP) - Une armée ennemie de la Couronne de France se promène depuis plusieurs jours dans le Duché du Lyonnais-Dauphiné ; l'armée des Renards. Ce 25 Janvier 1465, la rumeur est confirmée grâce aux éclaireurs briançonnais : des Suisses du Valais, menés par le capitaine Auron, membre du Conseil de la Confédération helvétique, arrivaient chez eux par Turin, après avoir traversé les terres Savoyardes. N'ayant pas cru bon d'écouter les bruits de couloirs, le Duché s'est vu pris de court par cette intrusion et a choisi d'abandonner Briançon, premier bourg rencontré sur la route des Alpes après Turin. Les défenseurs ont eu pour consigne de se rendre sur Dié, ville centrale de la province, où une armée dauphinoise, "Hibernis venit ", menée par Sa Grâce Axel_Baccard, stationne encore actuellement.

Mais les Suisses ont complètement ignoré Briançon en passant à côté, comme ils l'ont fait le lendemain pour Embrun. Continuant vers Dié pour revenir sur leurs pas avant de l'avoir atteint. Ils ont finalement planté leurs trefs et leurs hallebardes entre les deux villes où ils ont stationné jusqu'à la nuit du 30 et 31 janvier dernier. Ils sont ensuite retournés bivouaquer entre Briançon et Embrun, coupant ainsi les voies de communication vers l'Est du Duché. Une demie douzaine de victimes n'ont pas tardé à arriver à Dié, et ensuite à Embrun, suite à leur rencontre avec l'armée suisse.

Pour une raison toujours inconnue à l'heure actuelle, le Conseil ducal mené par le Duc Jackouille a déclaré l'état d'urgence tardivement, le 31 janvier, soit 6 jours après l'invasion suisse, en informant la population par des affiches dans les halles et les gargotes. Stratégie ou passivité ? Nul ne le sait. Mais en tous les cas, le Duc a fait savoir qu'il ne plierait pas.

Au même moment qu'une http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=90654761#90654761]annonce publique de Sambre d'Hellequin, connu comme le Prince du Valais en Confédération helvétique, faisait savoir les revendications des Suisses. Ces derniers menacent de mettre à feu, à sang et à sac le Lyonnais-Dauphiné, ils exigent le versement d'un tribut de 2000 écus par mois ou la sécession du Duché. Il semble en effet que Sa Majesté la Reyne Lafa et les autorités Royales de France soient directement moquées, Sambre défiant leur autorité en prétendant en sa lettre que la Reyne n'octroiera aucune aide au Lyonnais-Dauphiné et la qualifiant d'éleveuse d'Ânesse. (NDLR: Pour rappel, Sa Majesté avait émis une http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=2327440]annonce dans laquelle elle exprimait sa volonté de fournir aux Écuries Royales des mulets poitevins.)

Ka pour l'AAP

[RP] Du terrier jusqu'à où ? http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=2327543
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1510
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1465

Message par andaine le Sam 25 Mar 2017 - 20:59

27/02/1465 Youpi ! je me marie !

Rome (AAP) - Le mariage aristotélicien romain, vaste question qui déchaîne parfois les passions. Vous avez tous entendu quelqu'un vous dire qu'il était marié. Marié tu dis ? Oui mais devant Dieu ? Ils vous diront que oui, puisque le curé de l'église a accepté d'enregistrer son "mariage In Gratibus" ! Il s'agit pourtant selon l'Eglise Aristotélicienne Romaine d'une simple déclaration de concubinage ou de fiançailles. Ceci ne serait donc pas "Le mariage" à proprement parlé. Qu'est ce qui différencie les deux ? Pour se marier Res Parendo selon l'Eglise Aristotélicienne, il faut être baptisé Res Parendo. Et pour être baptisé, il faut avoir suivi la pastorale ! Car la pastorale apprend les bases de La Religion, Aristotélicienne, Universelle et Romaine, et le baptême permet d'entrer dans la grande et belle famille des croyants.

Les promis doivent nécessairement demander au clerc de l'Eglise, habilité à les marier, de publier les bans dans leurs paroisses respectives. Les bans sont, au minimum, publiés 15 jours avant la cérémonie. Il est recommandé, bien entendu d'envoyer, les invitations à toute la famille afin de célébrer un grand et heureux mariage ! D'aller vous commander de jolies tenues pour la cérémonie ! Et d'avoir un témoin pour l'époux et un autre pour l'épouse ! Sans oublier quelques victuailles pour faire la fête ensuite ! Le mariage, ce n'est pas un engagement anodin, voyez-vous, c'est l'union devant Dieu d'un homme et d'une femme. Vous promettez à votre moitié respect, fidélité, secours, assistance pour la vie. La dissolution ? Voyez avec l'officialité épiscopale de votre paroisse. Vous ne savez pas où la trouver ? Demandez à l'évêque du lieu.

Et pour l'autre truc In Gratibus, me demanderez-vous ? Vous pouvez demander une personne en mariage et choisir un créneau horaire pour la cérémonie. L'église du village sera alors mise à votre disposition pendant 6 heures. Mais encore faudra-t-il que votre bien aimé(e) accepte votre demande... C'est 180 écus. La dissolution ? C'est 540 écus.

village>église>demande en mariage>etc.

Estevan pour l'AAP agence Meuse, Saône & Rhône


[RP] Un mariage pour Tours, 27 mars 1464 http://forum2.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=850019
Droit canon sur le mariage http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=173211#173211
Dogme sur le mariage http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=236242#236242
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1510
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1465

Message par andaine le Sam 25 Mar 2017 - 21:02

02/03/1465 L'insoumission des De Vissac

Angoulême (AAP) - Les passionnés de politique ont du suivre l'histoire avec attention : après sa défaite aux élections royales, Jason Ludgarès de Vissac se vit retirer ses terres par une décision royale* concernant son épouse, Hersent, accusée de haute trahison après avoir communiqué des documents diplomatiques confidentiels au futur empereur. De part les statuts héraldiques en vigueur, son époux la suivit dans la déchéance ces derniers mois, et ce n'est que le 8 février dernier que la Reine a accordé une grâce royale, ôtant le statut de félonne à Hersent et laissant espérer une éclaircie dans l'avenir troublé de cette famille. Mais c'était sans compter une autre annonce**, publiée le même jour, annonçant que Jason était l'instigateur des événements ayant provoqué la chute de son épouse, suite à plusieurs témoignages et une enquête de la Grande Prévôté de France.

L'histoire aurait pu s'arrêter ici, si les rumeurs concernant une vindicte des De Vissac envers la Reine n'avaient pas grondées à nouveau quelques semaines plus tard. Dans des parchemins signés par Ursion Thibault Ludgarès de Vissac et de Noldor, fils de l'ancien candidat aux élections royales, celui-ci déclare vouloir renverser le pouvoir et faire payer à la Reine l'affront qu'elle a commis envers sa famille. Au cours d'une correspondance, celui-ci a confié qu'il était fort probable que la Reine ait "utilisé [Hersent] comme un pion pour pouvoir parvenir à ses fins ; détruire [son] père, Jason Ludgarès de Vissac."

Lançant un appel aux mercenaires, Ursion, souhaite "que la Reyne, Lafa de Bussac, et ses petits sbires (comme Simeon Charles, etc.), voient tout ce qu'ils ont construit, se détruire. Ils nous ont prit nos titres, nous prendrons les leurs ! Les titres sont les plus belles récompenses !"

En effet, la revendication principale affichée de la famille De Vissac envers la politique royale est qu'elle pratiquerait le principe de méritocratie -le fait de mériter les honneurs par l'engagement-. Les De Vissac souhaitent eux, "une France basée sur la naissance, basée sur le mérite donné par Dieu, à la naissance", ce qui signifierait simplement qu'un homme (ou une femme) ne pourrait pas sortir de sa condition. Pour résumer, paysan tu nais, paysan tu resteras, quelques soient tes actes.

Toutefois, à l'éclairage des annonces royales évoquées, il est possible de tempérer ces ambitions "idéologiques" par la volonté de nuisance affichée par Jason Ludgarès de Vissac envers le pouvoir royal depuis sa défaite. Il serait néanmoins intéressant de considérer que ce dernier pourrait chercher à s'offrir une campagne de communication à moindres frais pour rallier à lui les mécontents lors de futures élections royales, en tablant sur son statut de traître à la Couronne.

Comment cela finira-t-il ? La révolte d'une famille déchue trouvera-t-elle un écho chez d'autres personnes souhaitant voir émerger un système de castes, ou bien s'étiolera-t-elle face à la constance des institutions royales ? Ou bien est-ce une simple esbroufe pour rappeler à ses potentiels soutiens qu'il est toujours dans la course à l'élection royale ? Affaire à suivre.

Raymond de Pétrus, pour l'AAP

* Annonce royale concernant Hersent : http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=2328844
** Annonce royale concernant Jason : http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=2328843
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1510
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1465

Message par andaine le Sam 25 Mar 2017 - 21:04

03/03/1465 Ça s'en va et ça revient

Paris (AAP) - Alors que les élections viennent d'avoir lieu en Bourgogne, un nouveau coup d'état vient assombrir le tableau. Pour mémoire, il y a trois semaines, mi-février 1465, la Duchesse de Bourgogne Anne Mary DiCésarini était retrouvée morte dans les rues de Mâcon. La même nuit, le château a été vidée par deux femmes, laissant la Bourgogne démunie. De même, Dijon était pillée par Arya, mairesse en place et sœur de la duchesse décédée. Jkeok, élu ensuite à la tête de la mairie, a alors lancé un grand appel à la solidarité pour combler les caisses vides.

Les jours suivants, le maire de Dijon a ainsi donné l'alerte sur une potentielle prise de mairie, s'assurant ainsi de mettre les écus en sécurité dans sa bourse et celles de ses complices. Autre détail troublant, le maire a rendu un mandat Ducal sans écus ni denrées alors que ce mandat servait a des transactions commerciales, trompant tout ainsi la vigilance du conseil restreint. Des rumeurs ont ainsi couru sur un éventuel pillage par le maire en place.

Le Duché a tout de même fini par reprendre la ville dans la nuit de samedi à Dimanche 26 février, démettant de ce fait Jkeok de ses fonctions. Le conseil restreint a pris cette décision suite a des doutes sur les alertes répétées du Dijonnais et craignant le pire pour la ville. Dans un communiqué, l'ancien maire explique les faits. Pour reprendre ses mots, en tant que Général de l'Eldorado, il a pillé la mairie pour près de 10 000 écus. Il a remercié par ailleurs le Duché de Bourgogne pour sa générosité et son inefficacité a voir les choses : le prévôt n'a pas su donner l'alerte comme il le fallait, le Commissaire au Commerce et la Bailli qui lui ont laissé le plaisir de piller un petit bout de mandat et surtout on l'a démis de ses fonctions pour qu'il puisse fuir facilement avec ses complices.

Mais où s'arrêteront les pillages en Bourgogne ? Le Duché réussira t'il enfin a protéger ses villes et ses habitants ?

Zozo, pour l'AAP.

HRP : http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=2330835
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1510
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1465

Message par andaine le Sam 25 Mar 2017 - 21:11

21/03/1465 Carton aux Escartons

Briançon (AAP) – Au terme d’une semaine de combats, les armées « La mistrale », commandée par la Marquise de Provence Hersende de Brotel, et « vide cor meum » dirigée par le duc du Dauphiné Jackouille, ont pris position à Briançon ce 17 mars, toutes deux portant l’étendard provençal. Elles en ont chassé les armées confédérées « La Compagnie rouge » dirigée par Moumoutt et « L’Ost des Renards » dirigée par Chevron.

Les troupes valaisannes, vaudoises et genevoises qui se sont massées à Sion pendant le mois de février ne sont pas passées inaperçues. L’expédition ratée des Confédérés contre le Lyonnais à la fin de l’automne dernier, les griefs des Valaisans et des Vaudois contre la couronne de France, leurs prises de position en faveur de l’Anjou contre la Touraine, les rodomontades échangées entre la Marquise de Brotel et Sambre d’Hellequin, prince du Valais, le courroux nourri par les Réformés à l’égard de l’ensemble de l’Eglise, tout cela laissait envisager plusieurs possibilités quant à la cible des troupes dont les rangs enflaient sous les étendards rouges à la croix blanche.

Aussi, quand les deux armées ont quitté Sion le 1er mars, de toutes part on se préparait, ne sachant de quel côté le diable sortirait de sa boîte. Le 2 mars, l’alerte générale a été proclamée en Bourgogne, pour prévenir une attaque sur Dijon, fréquemment visée par les Confédérés. Afin de prévenir un passage par le sud de Chambéry ou par le col de Montgenevre, à l’est de Briançon, deux armées se sont placées à Dié au sein de laquelle se sont regroupés des soldats provençaux et dauphinois, dans le cadre d’une Alliance Rhodanienne.

De fait, les armées confédérées sont arrivées le 6 mars devant les murs de Briançon, attaquant à vue tous les passants afin de couper l’arrivée d’éventuels renforts. Les Briançonnais ses sont barricadés et ont verrouillé leurs tavernes. Le 8 mars la Compagnie Rouge est entrée dans les murs, a détruit l’armée « Hibernis Venit » dirigée par Axel Baccard et pris le contrôle de la mairie. Le 10 mars, alors que des Réformés du Lion de Juda proclamaient la liberté religieuse en l’église de Briançon, les armées de l’alliance rhodanienne ont quitté Dié en direction de l’Est. Le 12 mars, la Compagnie Rouge sortait des murs, et un premier affrontement a opposé les forces rhodaniennes et confédérées.

Le mouvement de la Compagnie rouge ne lui a pas permis de bénéficier d’une position défensive et cette première confrontation a été en défaveur des Suisses, avec 9 blessés et 3 morts contre 4 blessés dans les rangs adverses. Le dimanche 13 mars, les armées rhodaniennes ont lancé un deuxième assaut sur Briançon avec la bénédiction de l’Eglise qui a suspendu la trêve dominicale par la voix de Childebert, cardinal d’Embrun. Les Briançonnais ont profité de la sortie de l’armée confédérée pour reprendre la mairie par révolte. Auron, le chef de l’Ost des Renards étant blessé, a été remplacé par Chevron. Les armes ont cette fois parlé en faveur des Helvètes, avec 4 blessés et 1 mort contre 4 blessés et 3 morts chez les Rhodaniens. Le 14 mars, ces derniers, bien décidés à aller jusqu’au bout, ont lancé un quatrième assaut et ont fait 13 morts et blessés, contre 11 pertes de leur côté.

Alors que le rapport de force semblait relativement équilibré, les combats du 15 mars ont été décisifs en repoussant l’Ost des Renards vers le col de Montgenevre, laissant seule la Compagnie Rouge. Les pertes sont restées sensiblement égales de chaque côté, pour un total de 11 morts et blessés. Le 16 mars, les combattants survivants se sont affrontés juchés sur un tas de cadavres. A l’issue de ce dernier combat et après de lourdes pertes de part et d’autres, le chef d’armée Moumoutt a décidé de sauver les meubles et de lever le camp vers l’Est, signant la défaite des Confédérés. Avec une soixantaine de morts et blessés, la bataille des Escartons fut un carton.

Zarathoustra, pour l’AAP

RP Du terrier jusqu'à où? http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=2327543
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1510
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1465

Message par andaine le Sam 20 Mai 2017 - 12:10

23/03/1465 Lyon assiégé

Lyon (AAP) - La récente arrivée de quatre-vingt-dix brigands et des étendards noirs de l'Alliance Fatum devant les murs de la capitale lyonnaise ont donné lieu à de premiers assauts.

Le 10 mars 1465, une douzaine de lances venues de divers endroits se réunissent aux abords de la cité genevoise, suivies de quelques heures des armées "Fatum" et "Fatum II". Aussitôt remplies, composées des compagnons de l'alliance éponyme et d'affiliés, celles-ci traversent la frontière franc-comtoise par Saint-Claude. Aussitôt, les armées de ce comté, "The Sc Wolf Among Us" et "Maxima Sequanorum" se préparent à Dole à une éventuelle attaque. Cette appréhension retombe rapidement lorsque deux jours plus tard, les armées brigandes entrent en territoire français en direction de la ville bourguignonne de Châlon.

Côté français, ces mouvements sont activement surveillés, d'abord par le Domaine Royal, en préparation au sud de la Champagne depuis plus d'un mois. Ensuite par la Bourgogne, dont l'alerte générale du 14 mars faisant mention des armées ennemies est précédée de deux jours par la levée officielle du ban bourguignon. Récemment pillée par la baillie en place et la famille de la duchesse décédée Arya Di Césarini, puis par le maire de sa capitale au nom de l'Eldorado, l'affaiblissement du duché ne désemplit cependant pas ses forces armées. Le duc Septimus évoque alors le souvenir de "l'amer goût de l’occupation" du territoire par les armées Fatum et ses alliés d'avril 1461 et mars 1464. Souvenir ravivé par la quasi-exacte similarité entre les positions et avancées brigandes, franc-comtoises et bourguignonnes des évènements de 1461 et d'aujourd'hui.

C'est finalement sans grande surprise en direction de la capitale lyonnaise, non moins préparée, que se dirigent les étendards noirs et les combattants qui les accompagnent. Tandis que l'armée du duc Jackouille et l'armée provençale se tiennent au sud du Dauphiné*, l'armée "Dalphiné", du capitaine Alexa, organise les défenses de la ville. Rapidement, le marché devient exsangue, les tavernes restrictives, et chacun se prépare au combat imminent, étendu même à l'élection du maire à venir, puisque deux membres des armées assaillantes s'y présentent avec chacun leur programme, par humour ou provocation. Malgré des forces relativement équilibrées, les premières batailles se concluent en faveur des défenseurs lyonnais.

Les forces anti-brigandes en présence, à Lyon et aux alentours, provenant d'une coalition inter-ducale massive, sont en partie le résultat de la menace que fait peser l'Alliance Fatum sur ces territoires et d'un lourd passif. Elles se sont cependant principalement formée suite aux récentes attaques et menaces ouvertes de la Mesnie d'Hellequin envers les territoires francophones d'Outre Empire.

Bout de Bois, pour l'AAP

* Voir Article "Carton aux Escartons"
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1510
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1465

Message par andaine le Sam 20 Mai 2017 - 12:13

31/03/1465 L'audit de la Century

Auch (AAP) - Un groupuscule nommé Century21 fait des siennes depuis quelques jours dans la province d'Armagnac & Comminges.

Après la démission de Peyrik tout juste élu à Saint-Liziers et la reprise du pouvoir par Andaine, une discussion avait eu lieu entre l'ancien maire de la ville, Zatopek, et certains conseillers municipaux. Certains membres de la Century, connus pour avoir aidé le comté par le passé, et plus particulièrement la ville de Saint-Liziers, étaient intervenus pour soutenir l'ancien bourgmestre. La discussion devint houleuse jusqu'au point où une des têtes du groupuscule a crié à qui voulait l'entendre que sa promesse de défendre l'Armagnac était valable aussi contre ses ennemis de l'intérieur.

Le débat semblait s'être calmé les jours suivants, ne laissant pas présager ce qui arriva. Au matin du samedi 25 mars 1465, Tatasuzanne, à la tête de la Century, prenait par la force la municipalité de Muret. Lorsqu'on lui demanda des comptes, l'homme prétexta un audit, expliquant qu'il l'exécuterait dans toutes les autres villes.

La nuit-même, Skrymir, vieil habitant du village, prenait la tête d'une révolte qui se déroula avec succès. Néanmoins il découvrit des lieux et des coffres vidés. Le conseil n'attendit pas un seul instant pour mettre chacun des membres brigands en procès.

Ce jour-là, la Century n'avait pas dit son dernier mot puisque Tatasuzanne se présentait à l'élection municipale de Saint-Liziers avec un programme bien précis qui, outre de reprendre les habituels points présents dans ce type d'occasion, s'attaque au maire actuel, atteint selon le candidat de levées d'impôts compulsives, ainsi qu'au conseil comtal à qui il promet une attaque par armée et demande les excuses de Sa Grandeur Méladius Jhaelen Irseï.

Saint-Liziers est depuis en branle-bas de combat, prêt à en découdre si nécessaire, alors que l'on ignore jusqu'où les exactions de ce groupuscule peuvent aller.

RCV, pour l'AAP

Programme de Tatasuzanne : http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=2333767
Débat houleux : http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=90754846#90754846
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1510
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1465

Message par andaine le Sam 20 Mai 2017 - 12:16

04/05/1465 Crevaison, crever, crevette

AAP (Paris) - Le 30 avril 1465, la Reyne Lafa de Bussac est morte. Si la cause de son arrêt respiratoire est encore incertaine, l'empoisonnement – et donc l'action d'une tierce main de traître – n'est pas encore écarté par le Dauphin ni le Grand Maître de France, d'après leur annonce du 2 mai, qui condamne un acte terrorisant pour le Royaume.

Selon Grigri, flandrien averti interrogé à Espalion, « la reine est enfin parvenue à faire des vers corrects ». Il précise également que « ceux qui n'étaient pas là au moment fatidique sont tous témoins que la Reyne mangeait les olives par les yeux ». Lyly, noble angevine exilée en territoire rouergat de passage, tient quant à elle à faire savoir qu'une perruque aurait été retrouvée près du corps de la Reyne. Car oui, la Reyne, avant de décéder, aurait été... chauve !

Il est donc à se demander si la Reyne n'aurait pas caché un quelconque lien de sang avec Falco de Cartel, le célèbre contestataire angevin moche, à la chauvité et à l'amputation oculaire reconnue (rassurez-vous, si vous ne voyez pas de qui on parle là, ben lui non plus), ce qui pourrait expliquer sa détraitrisation royale inexpliquée d'il y a quelques mois.

On pourra retenir du règne lafasien le maintien de la paix avec le Saint-Empire, mais surtout la récupération de l'Anjou des mains des indépendantistes lors d'une victoire inédite. Et on oubliera bien volontiers qu'elle a été la dame de chambre de feue la Reyne Angélyque parce que c'est pas très glorieux.

Alors, à qui le tour ?

Eliance la Ménudière, pour l'AAP
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1510
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1465

Message par andaine le Sam 20 Mai 2017 - 12:17


18/05/1465 Royales - entretien avec Keyfeyfa Romanova

Dans le cadre des élections Royales, l'AAP a envoyé des questionnaires aux candidats. Voici leurs réponses.

1)Vous êtes qui ?
Keyfeya Romanova. Comme si vous ne le saviez pas, Eliance.

2) Vous faites quoi dans la vie à part vous présenter pour le trône ?
C’est déjà pas mal, mais je suis aussi cheffe du cabinet noir au sein du conseil du Comté de Périgueux, tribun d’Angoulême, Référente au Prestige au sein de la Surintendance des Finances Royales, diaconesse de la ville de Sarlat.

3) Pourquoi avez-vous décidé de vous présenter aux élections Royales ?
Parce que j’estime avoir à présent assez d’expérience des offices royaux et comme ancienne feudataire pour y prétendre.

4) Vous comptez faire/révolutionner quoi si vous êtes élue ?
Travailler à l’union de la France et à sa pérennité que ce soit sur l’axe sécuritaire, économique, diplomatique et culturel.

5) Jeter du blé par les fenêtres est-il un de vos passe-temps favori ?
Certainement pas. Pour une ancienne Surintendante, ça serait mal venu.

6) Êtes-vous plus du genre à manger du canard devant un Angevin ou à vouloir déplacer les montagnes à la frontière savoyarde ?
J’adore la fondue et les canards, chez moi, on les gave.

7) Avez-vous une solution miracle pour redynamiser le Royaume qui s'encroûte ?
Y a pas de solution miracle, de l’énergie, de la présence, de l’implication et de l’envie, ça oui.

Cool Face à un Réformé, vous êtes plutôt pruneau d'Agen ou miel toulousain ?
Je suis plutôt à l’aise, donc chouquette au foie gras.

9) Votre programme :
9a) L'Anjou
Chou, Caillou, Hibou, Genou, Coucou.
9b) L'Empire.
Un ami potentiel et l’amitié ça s’entretient.
9c) La mode du rose
Poney j’espère ? (Vous sentez mon regard peser sur vous là non ?)
9d) Le Domaine Royal
C’est un diamant, on le bichonne, on en prend soin et on le porte fièrement.

10) Votre principale qualité, et pourquoi ?
Mes amis diraient altruiste, car au sein du Royaume, rien ne vaut le travail sincère.

11) Votre principal défaut, et pourquoi ?
J’ai un fort caractère, ce qui me permet de ne pas me laisser influencer bien que je sache écouter et débattre pour trouver des solutions adaptées à une situation donnée.

12) Acceptez-vous d'accorder un laisser-passer au Louvre à l'AAP pour mieux couvrir l'actualité de la Royauté ?
Je dirais que ça se négocie, pourquoi ne pas mettre en place en effet un envoyé spécial qui relaterait l’exactitude des faits de l’actualité de la Royauté, toutefois il conviendra de poser un cadre à cette collaboration.

13) Acceptez-vous d'accorder un laisser-passer au Conseil des Feudataires / Institutions Royales à l'AAP pour mieux couvrir l'actualité du Royaume ?
Pour les feudataires non, pour les offices, à voir avec les officiers royaux concernés, de même que précédemment un cadre devra être apporté mais cela pourrait contribuer en effet à promouvoir certains offices.

14) Quelles sont vos compétences ?
J'ai eu un parcours militaire, puis économique touchant une gestion Comtale, Royale de par mes deux charges précédemment évoquées. Avec mes divers Règnes, j’ai développé l’écoute auprès de mes collaborateurs, me permettant d’administrer et de diriger la province ainsi que le Grand Office, face aux diverses problématiques qu’elles peuvent rencontrer.

15) Quel est votre "petit plus", celui qui vous fera élire ?
Ma capacité à fédérer.
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1510
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1465

Message par andaine le Dim 4 Juin 2017 - 21:45

18/05/1465 Royales - entretien avec Jenifael Luna de Castelnau-Montmiral

Dans le cadre des élections Royales, l'AAP a envoyé des questionnaires aux candidats. Voici leurs réponses.

1) Vous êtes qui ?

Jenifaël Luna de Castelnau-Montmiral, Comtesse de Haro, née à Valence en Lyonnais-Dauphiné. J’ai vécu sur les routes, mais également en Anjou, j’ai visité Bretagne et Provence, je suis Aristotélicienne Réformée Castillane et mariée à Asdrubal de la Barca, Roi d’Armes et Pair de Castille et Léon.

2) Vous faites quoi dans la vie à part vous présenter pour le trône ?

Et bien, quelques petites choses, ici ou là, tenez, la liste.
- Demoiselle de compagnie & Dame de parage
- Grand-maître de la garde-robe
- Petite main à la hérauderie du Lyonnais-Dauphiné & la Hérauderie royale
- Conseillère sans poste & Juge.
- Ambassadrice pour la Castille & Léon, dernièrement.

3) Pourquoi avez-vous décidé de vous présenter aux élections Royales ?

Lorsque je me suis présentée, les candidats déjà inscrits ne me convenaient pas. Alors j’ai voulu offrir un autre choix car j’aime mon Royaume, oeuvrer pour lui fut une évidence.

4) Vous comptez faire/révolutionner quoi si vous êtes élu ?

J’aimerais en premier lieu, garantir plus de liberté aux membres des différents cultes cohabitant dans notre royaume. J’aimerais également renforcer nos liens avec nos voisins pour obtenir une paix durable. Pour finir, être l’oreille attentive dont auront besoin les sujets de notre Royaume pour faire entendre leur opinons.

5) Jeter du blé par les fenêtres est-il un de vos passe-temps favori ?

Pas spécialement, mais j’essayerai, pour voir ... Sinon mon passe-temps c’est le dessin et le tympanon. Et j’aime les animaux aussi.

6) Êtes-vous plus du genre à manger du canard devant un Angevin ou à vouloir déplacer les montagnes à la frontière savoyarde ?

Je dirais plus volontiers que je déplacerais les montagnes à la frontière Savoyarde… Cela offrirait plus de terre plate à cultiver et ça permettrait de ralentir un peu les invasions. Quant aux Angevins, ma foi, qu’ils m’offrent un couple de canards et je cesserais d’en manger ...

7) Avez-vous une solution miracle pour redynamiser le Royaume qui s’encroûte ?

Non.
Encourager les mesures prises en ce sens, accorder plus de liberté et simplifier certaines choses, sont les meilleures choses à faire, je pense. Encourager les désireux de s’installer et de s’intégrer, proposer des animations dans les duchés et comtés ainsi qu’à la Cour ...

7/b) Face à un Réformé, vous êtes plutôt pruneau d’Agen ou miel toulousain ?

Je suis Aristotélicienne Réformée ... De plus, ma famille vient du Toulousain, alors je répondrais miel toulousain, néanmoins, je suis aussi pour la liberté et la tolérance, alors je ne souhaite pas favoriser l’un, pour l’autre et j’aimerais plutôt voir les cultes cohabiter pacifiquement.

Cool Votre programme :

8a) L’Anjou
- J’aimerais bien un couple de canards ... De beaux canards ! (& du vin)
8b) L’Empire
- Des liens plus forts.
8c) La mode du rose
- Le rose est viril, on ne le dira jamais assez !
8d) Le Domaine Royal
- Trouver un compromis qui peut satisfaire celui-ci, sans pour autant amputer notre Royaume.

9) Votre principale qualité, et pourquoi ?

L’amour que j’ai pour mon Royaume. Cela me pousse à vouloir le meilleur, à défendre celui-ci, à défendre mes convictions pour lui et aussi à me dévouer corps et âme.

10) Votre principal défaut, et pourquoi ?

Mon caractère. Ce n’est un secret pour personne. Je m’emploie d’ailleurs à m’adoucir, pour pouvoir être plus efficace dans mes fonctions.

11) Acceptez-vous d’accorder un laisser-passer au Louvre à l’AAP pour mieux couvrir l’actualité de la Royauté ?

Ma foi, oui. Pourquoi pas. Un journaliste, pourrait travailler depuis le Louvre, pour être au cœur des actions et avoir les informations en avant-première aussi.

12) Acceptez-vous d’accorder un laisser-passer au Conseil des Feudataires / Institutions Royales à l’AAP pour mieux couvrir l’actualité du Royaume ?

Je prône la transparence et j’aimerais m’y tenir, le plus possible, mais pour le bien du Royaume, dans le souci de confidentialité, je ne pense pas que cela soit plausible. Néanmoins, pourquoi ne pas garantir à l’AAP l’exclusivité des informations et un entretien mensuel pour parler des thèmes abordés.

13) Quelles sont vos compétences ?

Couture, dessin, peinture, jouer du tympanon, histoire, géographie, héraldique, quelques connaissances en justice, gestion de terres, une excellente mémoire et pour finir une bonne écoute de mon entourage et de mes aînés, pour apprendre.

14) Quel est votre «petit plus», celui qui vous fera élire ?

Ma tante, dirait surement ma moue boudeuse, qui à du charme, parait-il. Pour moi, c’est mon honnêteté et mon dévouement envers mon Royaume.
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1510
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1465

Message par andaine le Dim 4 Juin 2017 - 21:46

19/05/1465 Royales - entretien avec Goldengates

Dans le cadre des élections Royales, l'AAP a envoyé des questionnaires aux candidats. Voici leurs réponses.

1) Vous êtes qui ?

Je suis messire Goldengates

2) Vous faites quoi dans la vie à part vous présenter pour le trône ?

Je suis propriétaire d'une taverne boulanger et cultivateur

3) Pourquoi avez-vous décidé de vous présenter aux élections Royales ?

J'ai envie de redonner toutes les lettres noblesses a notre beau royaume de france.

4) Vous comptez faire/révolutionner quoi si vous êtes élu ?

Revolutionner la justice elle a besoin d'etre clarifier

5) Jeter du blé par les fenêtres est-il un de vos passe-temps favori ?

Non bien au contraire , sa sera pour les habitant de notre beau royaume que les ecus seront distibuer

6) Êtes-vous plus du genre à manger du canard devant un Angevin ou à vouloir déplacer les montagnes à la frontière savoyarde ?

Deplacer les montagne est pas que pour le sovoyard mais pour tout le royaumes

7) Avez-vous une solution miracle pour redynamiser le Royaume qui s'encroûte ?

Faire enormement d'animation de fête pour que tous les villageois se sente concerner

7) Face à un Réformé, vous êtes plutôt pruneau d'Agen ou miel toulousain ?

Je serais ni l'un ni l'autre mais une personne qui ecoute et surtout qui fasse en sorte qu'il y a des accord

Cool Votre programme : politique animation
8a) L'Anjou : mettre un code herltique au province pour plus de clarte

9) Votre principale qualité, et pourquoi ?

principal qualité est genereux

10) Votre principal défaut, et pourquoi ?

etre trop franc et cash car quand sa me plait pas je le cris haut et fort

11) Acceptez-vous d'accorder un laisser-passer au Louvre à l'AAP pour mieux couvrir l'actualité de la Royauté ?

a negocier

12) Acceptez-vous d'accorder un laisser-passer au Conseil des Feudataires / Institutions Royales à l'AAP pour mieux couvrir l'actualité du Royaume ?

a negocier

13) Quelles sont vos compétences ?

l'intelligenge et la force

14) Quel est votre "petit plus", celui qui vous fera élire ?

Je serais toujours la pour vous surtout la pour les plus isolées de notre royaume
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1510
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1465

Message par andaine le Dim 4 Juin 2017 - 21:46

19/05/1465 Royales - entretien avec Jason Ludgarès de Vissac

Dans le cadre des élections Royales, l'AAP a envoyé des questionnaires aux candidats. Voici leurs réponses.

1) Vous êtes qui ?

Jason Ludgarès de Vissac dict l'Insolent

2) Vous faites quoi dans la vie à part vous présenter pour le trône ?

Je vis en Alençon, participe à sa vie publique et élève des rapaces.

3) Pourquoi avez-vous décidé de vous présenter aux élections Royales ?

Défier la malédiction des rois.

4) Vous comptez faire/révolutionner quoi si vous êtes élu ?

Rassembler et régner sur la France.

5) Jeter du blé par les fenêtres est-il un de vos passe-temps favori ?

Non, seulement du maïs.

6) Êtes-vous plus du genre à manger du canard devant un Angevin ou à vouloir déplacer les montagnes à la frontière savoyarde ?

A manger du canard devant un savoyard.

7) Avez-vous une solution miracle pour redynamiser le Royaume qui s'encroûte ?

De l'audace, encore de l'audace, et la France sera sauvé.

7) Face à un Réformé, vous êtes plutôt pruneau d'Agen ou miel toulousain ?

Courtoisie Argentanaise.

Cool Votre programme :
8a) L'Anjou sur un fil.
8b) L'Empire allié.
8c) La mode du rose : Je préfère le bleu.
8d) Le Domaine Royal écouté.

9) Votre principale qualité, et pourquoi ?

La patience, parce qu'il en faut.

10) Votre principal défaut, et pourquoi ?

Le franc parler, c'est plus fort que moi.

11) Acceptez-vous d'accorder un laisser-passer au Louvre à l'AAP pour mieux couvrir l'actualité de la Royauté ?

Une collaboration avec le Secrétariat d'Etat sera déjà bien.

12) Acceptez-vous d'accorder un laisser-passer au Conseil des Feudataires / Institutions Royales à l'AAP pour mieux couvrir l'actualité du Royaume ?

Si vous m'apportez le Saint Graal.

13) Quelles sont vos compétences ?

Savoir écouter et trancher des avis contraires.

14) Quel est votre "petit plus", celui qui vous fera élire ?

La tempérance.
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1510
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1465

Message par andaine le Dim 4 Juin 2017 - 21:47

20/05/1465 Royales - entretien avec Namaycush Salmo Salar

1)Vous êtes qui ?

Noms : Salmo Salar Prénoms : Namaycush Salvelinus Surnom : Carmin

2) Vous faites quoi dans la vie à part vous présenter pour le trône ?

Duc, Comte, Général

3) Pourquoi avez-vous décidé de vous présenter aux élections Royales ?

Si je ne suis pas satisfait de la gouvernance, il me faut me mettre en avant par candidature.

4) Vous comptez faire/révolutionner quoi si vous êtes élu ?

Les grands offices défaillants.

5) Jeter du blé par les fenêtres est-il un de vos passe-temps favori ?

Je laisse cela à la précédente duchesse de Gascogne.

6) Êtes-vous plus du genre à manger du canard devant un Angevin ou à vouloir déplacer les montagnes à la frontière savoyarde ?

Je préfère une raclette bien brûlée à Sion.

7) Avez-vous une solution miracle pour redynamiser le Royaume qui s'encroûte ?

Du travail et de l’attention.

Cool Face à un Réformé, vous êtes plutôt pruneau d'Agen ou miel toulousain ?

L’excommunié que je suis dirait plutôt pruneau au miel.

9) Votre programme :
9a) L'Anjou : On ne combat pas une idéologie avec des armées.
9b) L'Empire : Une guerre que nous aurions dû gagner.
9c) La mode du rose : Puérilité démentielle.
9d) Le Domaine Royal : Une main à 5 doigts ou un jardin en friche.

10) Votre principale qualité, et pourquoi ?

Opiniâtreté. Je suis un travailleur.

11) Votre principal défaut, et pourquoi ?

Opiniâtreté. Je suis têtu.

12) Acceptez-vous d'accorder un laisser-passer au Louvre à l'AAP pour mieux couvrir l'actualité de la Royauté ?

Un officier de communication oui, pas de blanc-seing.

13) Acceptez-vous d'accorder un laisser-passer au Conseil des Feudataires / Institutions Royales à l'AAP pour mieux couvrir l'actualité du Royaume ?

Non.

14) Quelles sont vos compétences ?

Militaires, économiques et judiciaires.

15) Quel est votre "petit plus", celui qui vous fera élire ?

Le rouge.
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1510
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1465

Message par andaine le Dim 4 Juin 2017 - 21:48


19/05/1465 Élection du Primat Impérial




Rome - En ce jour du 13 mai 1465, la Primatie de l'Église du Saint Empire Romain Germanique se dote d’un nouveau Primat en la personne son Éminence Hull de Northshire, Cardinal Romain Électeur de Sainte Adonia du Trastevere, Cardinal-Vice-Chancelier de la Congrégation de la Diffusion de la Foi, Cardinal-Gouverneur et Comte de Pesaro, Recteur de la Sacré Ordre de l'Étoile de Christos, Prince-Archevêque de Trèves, Prince-Abbé de Stavelot-Malmedy, Commissionnaire de la Pénitencerie Apostolique, Aumônier Général des Saintes Armées, Officier Héraut des Collèges Héraldiques Pontificaux, Grand Professeur Exorciste, Vice-Préfet francophone de la Villa San Loyats, Inquisiteur, Comte de Lundy, Seigneur de La Combe Bleue, Chevalier de l'Ordre Teutonique, Grand-Officier de l'Étoiles d'Aristote, Chevalier de l'Ordre de Volpone.

Homme de terrain, d’abord Diacre en 1455, il se fit ordonner au début de l'année 1460. Le petit diacre à bien monter les échelons ecclésiastiques doucement mais sûrement, en étant toujours très diplomate. Il fut Nonce Apostolique de Guyenne avant de quitter sa cure pour prendre la dignité épiscopale. Petit à petit, il devint l’emblématique évêque de Cahors en 1460, luttant ardemment pour asseoir la position de l’Église contre la réforme naissante à ce moment là en Guyenne. Déjà à cette époque, l’Église commençait à se voir contesté de part et d’autres. Progressivement, il s’est imposé comme un interlocuteur incontournable dans la région, devenant bourgmestre de Cahors durant de nombreux mandats et soutenant le clergé local. Il devint Cardinal National en mars 1464 durant à peine deux semaines : le Sacré-Collège des Cardinaux avait remarqué ses habiletés et il fut nommé Cardinal Congrégationnel. En tant que Vice Chancelier de la Congrégation de la diffusion de la foi, il aida à redonner un second souffle à son Chancelier et aux divers Offices. Habile Cardinal, il rejoint aussi un Ordre Religieux Romain, le jeune Sacré Ordre de l'Étoile de Christos, srunommé les Jésuites. Prenant la direction de celle-ci à la suite d’éminent recteurs, il parvint à y rassembler une force de missionnaires et de prêtres venant de toutes les contrées et nationalités Aristotéliciennes, ainsi que des Cardinaux, Archevêques et Évêques qui œuvrent pour la grandeur de l’Église.

Sur le plan plus religieux, il s'occupa du bien-être des ouailles Cadurciennes durant quelques années avant de prendre la relève en Provence. Archevêque d'Arles, il devint Sage du Clergé pour le Marquisat de Provence, tout en veillant à revigorer son archidiocèse et ceux de sa province ecclésiastique. Laissant le siège à un successeur, il fit le premier Évêque de Nice, régularisant la carte géographique et spirituelle du diocèse et s’installant durablement au sein de l’Empire. Il œuvra à stabiliser la politique primatial avec l’aider son prédécesseur Allemand, un ancien élève. Ayant pour but de voir l'Empire et Rome cohabiter et s’entendre d’un point de vue politique, il conseilla et œuvra au nom de la paix et de la conciliation. Fervent défenseur du dialogue, il continue de faire prévaloir ceci aux armes pour le salut de l’Église, argumentant que les actes vallent pourtant plus que les paroles vides. C’est ainsi qu’il accompagne d'ailleurs le Pape Innocent aux réjouissances de Genève, ville de la Réforme, durant son fameux tournois annuel. Pour l'histoire, i lfaut noter que l'équipe de Sa Sainteté fit mieux que l'équipe de son Éminence. Engagé dans le prêche, il ne refuse jamais le dialogue en taverne. D'ailleurs, sa phrase favorite est « Sachez que je suis diplomate et paisible de nature; certains diront même humble. Mais ne réveillez pas le dragon. »

Sur le plan du présent, notre nouveau Primat compte maintenant œuvrer pour le bien de la Primatie et de Rome en collaboration avec l’ensemble des Évêques qui y siègent. En effet, des grandes réformes secoueront bientôt l'Église.


C'était Monseigneur Estevan de Sévillano, Evêque de Toul, Préfet de l'Office des Parchemins et Papiers à Rome.
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1510
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1465

Message par andaine le Dim 4 Juin 2017 - 21:49

22/05/1465 Rendez-vous avec la mort: La Dernière Énigme Romaine

Rome (AAP) - Comment vous conter ce tragique événement ?
Les mots me manquent mais c'est avec professionnalisme que je vais tenter de vous les relater....

Rome vient de perdre deux de ses plus illustres Cardinaux. Leurs Eminences le Camerlingue Aymée von Frayner*, Cardinal Chancelier du Saint office, connu pour son habileté diplomatique, et le Cardinal Archidiacre de Rome Arnault d'Azayes**, Cardinal Chancelier de la Sainte inquisition. Deux hommes qui par leurs parcours auront marqué l'église. Comment deux éminents Cardinaux ont ils pu mourir durant un simple voyage vers leurs fiefs pontificaux ? Selon des sources proches des deux défunts, Ils auraient pris la route suite à des débats houleux au sein de la Curie. Ne possédant pas les transcriptions exactes, tenues secrètes, de la Curie nous ne pourrons vous en dire plus.

D'après le récit du chef de leur escorte, des gardes Suisses des Cardinaux, ils prirent la route lors une journée ensoleillée, son Eminence Arnault avait opté pour un cheval faute de pouvoir faire le voyage en palanquin. L'homme était connu pour ne pas avoir spécialement le goût du voyage. Malgré ses quelques haussements de voix au départ il trouva son rythme, accompagné de son supérieur le Camerlingue.

Alors qu'ils chevauchaient il semblerait que le Cardinal Arnault ait dit ceci « - Je crois que nous ne devrions pas tarder à quitter les États pontificaux… Puissent les seigneurs de Florence et de Modène être de meilleurs hôtes que ceux que nous quittons ! »

La thèse des débats houleux semble donc probable mais gardons nous de juger avant la fin de l'enquête en cours. Nous ne faisons qu'interroger les témoins de cette triste histoire.

Ils progressaient à travers les montagnes escortés par leurs gardes, il aurait été plus judicieux de partir avec une escorte plus conséquente et la suite nous donnera hélas raison. Les deux Cardinaux confiants ne semblaient pas y avoir pensé. A peine eurent ils passé un défilé, qu'ils furent attaqué par une horde fournie de brigands, selon les membres de l'escorte. Ces derniers firent de leur mieux pour protéger les deux prélats mais les flèches ne cessaient de pleuvoir de toute part. Des chevaux se sont cabrés de peur au moment de l'assaut. Malgré cela l'escorte tenta de mettre à l'abri derrière un rocher le Cardinal Camerlingue mais sans succè, pour preuve la flèche qui vint se figer dans son épaule. Alors que les gardes tentaient de repousser les assaillants le chef de la garde lui tentait de secourir le Cardinal grièvement blessé.

Le Turc semblait mortellement blessé ce qui fit réfléchir le Cardinal Arnault. Il tenta des lors une médiation afin d'échapper à une mort certaine et pour ensuite secourir plus sereinement son ami le Cardinal Camerlingue.

D'après le récit qui nous a été rapporté, un serviteur des deux cardinaux, caché dans un buisson car pris de panique au moment de l'attaque, nous a rapporté ses propos et Ils sont des plus graves.... « - Messires, si votre intention est de vous enrichir, aujourd'hui est votre jour de chance. Nous sommes de riches voyageurs, mais nous transportons une bien maigre cassette. L’essentiel de notre fortune est conservée dans des coffres bien gardés dans la lointaine Rome. Nous avons donc intérêt à nous entendre : notre vie nous est chère et nous payerons volontiers le prix nécessaire pour la conserver. Laissez-nous saufs, et nous vous donnerons assez pour ne plus jamais avoir à errer durant des heures dans ces montagnes arides. En revanche, si vos nous tuez, vous ne gagnerez que de quoi vous offrir un modeste repas… et vous subirez d’impitoyables représailles. »

il insistait dans les négociations avec toute la maestria diplomatique qu'il avait coutume d'user, afin de connaître les véritables intentions et revendications des assaillants : « - Quelles sont vos conditions ? »

Soudain une flèche mortelle frappa le Cardinal qui décéda sur le coup, l'archidiacre de Rome n'était plus, les gardes encore debout et en pleine possession de leurs moyens n'étaient plus qu'une poignée. Bientôt ils furent débordés sur leurs flancs. Le chef de la garde essaya de tirer le Camerlingue à couvert pour le protéger, mais la chose n'était pas aisé. il fut malheureusement tué par les brigands lorsqu'ils le virent agir. Il n'y eut aucun survivant dans la garde épiscopale, ils avaient eu la tête tranchée comme de vulgaires chiens.

Le Camerlingue mourant, l'Archidiacre mort sur la route tel était le triste dénouement de la bataille.

L'un des messagers de Rome qui avait été chargé par la curie de remettre un pli à leurs éminences nous conta avec effroi ce qu'il avait constaté de ses propres yeux. Le carnage, l'odeur fétide des corps des victimes.Le Camerlingue s'était dissimulé sous les corps pour échapper aux ennemis, désormais partis.
Le messager est encore tout retourné de ce qu'il nous a confié.

Le Camerlingue lui aurait dit ceci : « cela n'a plus d'importance, désormais. Il ne me reste que quelques instants à vivre, et le Tout-Puissant m'a montré ce qu'il me reste à faire. As-tu de la cire, sur toi ? »

Il lui donna ce qu'il demandait , comment pouvait t'on refuser cela à un mourant. En cet instant là il ne pensait pas vraiment que le Camerlingue allait mourir, après tout le divin le protégeait non ? C'est ce qu'il croyait du moins. Il fit donc un feu selon les volontés du Cardinal grièvement blessé.

L'homme lutta pour écrire cette lettre. Le messager voulut l'aider mais la détermination du veil homme le fit renoncer de son propre aveux. Cependant il lui dit ceci droit dans les yeux alors qu'il était sur le point de succomber, le messager le savait.

«Il est impératif que tu parviennes à Rome avec ces deux lettres, quel qu'en soit le coût. La première***, après l'avoir fait reproduire, tu l'afficheras en place d'Aristote, près des publications de l'Eglise. La seconde, tu la porteras à Tibère de Plantagenêt, il saura quoi en faire. Maintenant, va ! Mon heure est venue... »

La Curie mise au courant de la nouvelle à travers la plume du Doyen des Cardinaux son Eminence Rehael de Plantagenest, fit une lettre**** informant le monde romain de ce qui était arrivé. la tragique fin du Camerlingue et de l'Archidiacre de Rome.

Les services d'enquêtes de Rome sont sans nul doute déjà au travail pour tenter de faire la lumière sur cette funeste journée pour le monde Romain tout entier. C'est avec tristesse et le coeur lourd que je termine le récit de cette assassinat.

Que le Très Haut accueille leurs Eminences au Paradis Solaire et qu'ils puissent y vivre des jours heureux à ses cotés dans sa sagesse éternel.

Une messe***** va être organisée en ce jour du 21 mai 1465 pour honorer la mémoire des deux éminents Cardinaux Romain tombés sous les coups d'assassins.

Monseigneur Estevan de Sévillano, pour l'AAP Meuse Saône et Rhone

* IG : uterpendragon
** IG : Arnault
*** http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=769865#769865
**** http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=769547#769547
***** http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=770538#770538
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1510
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1465

Message par andaine le Dim 4 Juin 2017 - 21:51

28/05/1465 Résultats du premier tour de l'élection royale


Résultats du premier tour de l'élection royale :

Nom Pourcentage
keyfeya 60.66 %
jason_ludgaresvissac 16.54 %
namaycush 14.85 %
jenifael..luna 6.6 %
valdez 1.11 %
goldengates 0.25 %

keyfeya a remporté la majorité absolue des suffrages !
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1510
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1465

Message par andaine le Dim 4 Juin 2017 - 21:51

29/05/1465 L'Eglise : entre l'odeur de sainteté et le pet de nonne




Avignon (AAP) - Le népotisme est une forme de favoritisme consistant pour un ecclésiastique à attribuer des titres, des donations ou des faveurs à ses parents, notamment à ses neveux, d'où l'origine du mot. La simonie est, pour les aristotéliciens, l'achat et la vente de biens spirituels, tout particulièrement d'un sacrement. Le péché mignon régnerait-il en maître au Concile Épiscopal de l'Eglise du Saint Empire quand la rouerie et le meurtre conduiraient Rome ?

Nous avions évoqué en février dernier le cas nébuleux de la dissolution du mariage de Diane de Champlacey et Barthélémy de Bassigny. La dame bien connue de la gargote provençale avait pour le moins peu goûté la pénitence du procureur ecclésiastique qui avait prononcé une interdiction d'un an de remariage, associée à l'annulation du sacrement. Elle avait alors saisi Leurs Éminences Richelieu1, et Hull19, fait ressusciter l'officialité ecclésiastique locale, obtenu le dessaisissement du procureur suscité pour un obscur vice de forme - jamais sanctionné soit-dit en passant, par l'autorité ecclésiastique supérieure du Cardinal-Chancelier de l'Inquisition qui avait nommé le clerc - et finalement emporté il y a quelques jours, l'annulation pure et simple de l'union exécrée, assortie d'une pénitence d'un mois d'interdit avant une nouvelle noce. A notre requête, la dame n'a pas souhaité faire de commentaire particulier. Simonie mignonne guère plus sonore néanmoins qu'un pet de nonne.

Que dire en effet des froissements sourds des poulaines dans les couloirs du Capitole ? "Actuellement Hull fait le ménage, il s'arrange pour ne pas être seul à se salir les mains ou il essaie de salir les mains des autres : il répand la rumeur selon laquelle Rehael - Vice-Doyen de la Curie, second personnage du Sacré-Collège - serait derrière l'assassinat des cardinaux" nous assène froidement l'Archevêque d'Avignon, Monseigneur Vallère. Hull19, Cardinal provençal, élu nouveau Primat de l'Eglise du Saint Empire, Archevêque res parendo de Trèves et puis Évêque de Nice aussi. Hull, procureur à officialité de Provence et proche ami de la dame de Champlacey. Hull encore un temps résidant à Genève et aujourd'hui à Annecy. L'homme semble partout et menaçant : Monseigneur Vallère déclare en faire les frais : à son rappel au droit canon interdisant le cumul des plus hautes charges ecclésiastiques res parendo, l'évêque sent le souffle du boulet. Hull semonce et reproche l'insulte à la hiérarchie. Le Cardinal-Primat ne tolère dans son Concile que courtisans obséquieux acquis à sa cause ! Exit Tibère de Montefeltro qui divague, exit Vallère de Montélimar qui balbutie bientôt ? Népotisme mignon y verrons-nous, à peine plus saignant pourtant qu'un repas de famille à l'enterrement d'un plus vieux, blanc comme un cierge de Pâques.

C'est que l'Urbs sent la myrrhe. Celle-là dont on se sert pour embaumer. Raides comme une saillie, sur la route de Ferrare en Italie, le Cardinal-Chancelier de l'Inquisition, Arnault d'Azayes et le Cardinal-Camerlingue, Aymé de Frayner ont achevé dans une flaque de sang, leur long service de l'Eglise. Quelques heures auparavant, entre les ors et l'encens, de guerre lasse, les deux hommes capitulaient entre les petites affaires, les grands chapeaux et les beaux manteaux pourpres. Les circonstances du drame restent obscures et alimentent les plus folles rumeurs. Il faut vous dire que chez ces gens là, on ne cause pas, on meurt.

Don Camillo pour l'AAP, agence Meuse, Saône et Rhône

[RP] Sur la route de Ferrare http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=51378
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1510
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1465

Message par andaine le Jeu 6 Juil 2017 - 16:00

09/06/1465 Berry indépendant, sauf les jours pairs ?

Bourges (AAP) - Il y a dix jours, Keyfeya Romanova était élue à la Couronne de France avec 60% des voix. Si la déculottée est évidente, ce n'est pas là le sujet du jour.

Le maire de Bourges, en Berry, a exprimé en gargote sa surprise, à l'heure des résultats : des berrichons se sont pris à voter lors de ces élections royales. Pour une contrée réputée indépendante, avouez que ça craint. Ainsi, selon les statistiques relevées, des officiers, des nobles et des clercs ont déposé bulletin(s) dans l'urne pour cette élection qui n'aurait pas dû les concerner, élisant une reyne qui n'est pas la leur.

Indépendant depuis 1459, le Berry s'était désolidarisé des lois royales sous le règne de Béatrice de Castelmaure-Frayner. Plus tard, l'Anjou, l'Artois et la Bretagne faisaient de même, sous le nom d'une alliance appelée le Ponant et qui, à l'époque, avait provoqué une grande guerre dans le Royaume de France. Contrairement au Berry, ces trois autres provinces indépendantes n'ont pas exprimé leur avis lors de la dernière élection royale en date, respectant ainsi leur écartement de toutes les affaires du Louvre.

Ainsi, notre maire de Bourges s'interroge sur le sens de l'indépendance de son duché si elle n'est affichée qu'aux devantures des tavernes et dans des textes de lois raturés. Le duc berrichon et son procureur, de leur côté, se défendent d'avoir voté dans cette élection royale, arguant avoir cru donner un bulletin pour élire Miss Berry...

Eliance la Ménudière, pour l'AAP

-----------------------------
http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=2341180
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1510
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 584
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1465

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum