An de grasce 1463

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

An de grasce 1463

Message par andaine le Sam 24 Jan 2015 - 16:31

04/01/1463 Les œuvres de sainte Boulasse officiellement reconnues en Artois - 2/2


Cambrai (AAP) - Après un premier article* narrant la découverte d'une relique de sainte Boulasse en Artois et sur son miracle, l'AAP revient sur la grande fête organisée à l'occasion de la sainte Boulasse et l'inauguration d'une fontaine lui étant dédiée.

Ce miracle est un cas unique en Artois et beaucoup d'espoirs sont nés autour de cette découverte dans un comté réputé pour ne pas être un « bon élève » aux yeux de l'Église aristotelicienne romaine. En effet, c'est en Artois qu'on l'on trouve l'abbaye de Tastevin où résident en paix des moines, célèbres pour leurs bières librement distribuées aux Artésiens étant naturellement plus portés à passer une heure en taverne que dans une église. Pour monseigneur Adso et l'ensemble du clergé d'Artois, un tel événement et l'engouement qu'il a créé ne peut être qu'une chose très positive dans le retour du fidèle dans la voie du Très-Haut.

Quelques mois auparavant, l'Office du Cornichon de saint Théodule a reconnu le tonneau, déjà conservé au palais épiscopal, comme relique de première classe ayant servi au martyre de sainte Boulasse. À cette occasion, les éminents théologues du Saint Office ont recommandé la construction d'une fontaine dédiée à sainte Boulasse. Le clergé cambraisien, dirigé par l'archevêque Adso, a alors organisé une collecte de fonds à laquelle ont participé de nombreux cambraisiens.

Le 22 septembre 1462, soit trois ans après la découverte de la relique et deux ans après l'événement divin*, le diocèse de Cambrai a fêté la traditionnelle sainte Boulasse. Une fontaine représentant sainte Boulasse a été installée sur le parvis de la cathédrale de Cambrai et inaugurée juste avant la messe du 22 septembre. Symbole de joie et d'allégresse tout comme de commémoration, la statue est donc entrée dans le paysage artésien sous les ovations du peuple.

Imaginée et réalisée suite à une réflexion commune, la statue de la fontaine de sainte Boulasse représente la sainte dans son habit le plus simple, tête tournée et penchée vers la gauche. Cette position n'est pas sans rappeler son amour pour les autres. Elle semble jeter un œil bienveillant sur les actions passées et sur le cœur des hommes, malgré le martyre qu'elle a enduré. Son élévation sur le tonneau démontre que c'est là qu'elle puise sa force avant de la redistribuer aux autres, via deux robinets servant à remplir la fontaine de vin.

Tous les clercs de la Primatie étaient invités à la cérémonie, au cours de laquelle l'archevêque Adso a décerné le grade d'Officier dans l'Ordre pontifical de Nicolas V à Nirina, diaconesse de Cambrai, et le charismatique Bayard, avoué du diocèse, pour leurs longs et loyaux services à la communauté aristotélicienne. L'ordre Pontifical de Nicolas V est deuxième dans l'importance des distinctions au sein de l'Église aristotélicienne, uniquement précédé en prestige par l'Étoile d'Aristote décernée à des clercs exemplaires.

Des pièces ont aussi été jetées dans la fontaine et la pratique de formuler des vœux par ce biais est devenue courante. Pour l'heure, aucun autre miracle n'est à relayer, pièce d'or ou de cuivre, nombreux ont été les essais, et même des cailloux pour les moins aisés. Mais il est certain que si c'était le cas, on ne manquerait pas d'en être aussitôt informé.

En exclusivité, une reproduction de la fontaine de Sainte Boulasse inaugurée.



L'oisillon, pour l'AAP

* : Premier article [http://www.degloriaregni.com/KAP/index.php?id_depeche=56278]
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Ven 20 Mar 2015 - 11:35

28/01/1463 L'élection du Grand Duc breton

Nantes (AAP) – La Bretagne change de tête ! Faut-il rappeler à nos lecteurs que la Bretagne est un Grand Duché indépendant et souverain ? Non, bien évidemment. À sa tête, règne un Grand Duc. Ce dernier est élu à la mode bretonne. En voici le résumé.

Le 4 décembre 1462, le Grand Duc Patate 1er a abdiqué du trône breton après un long règne sur le Grand Duché de quinze mois. Il a alors désigné le comte de Guingamp, sa Grandeur Gwilherm de Harscouët, pour organiser les élections grandes ducales. Celles-ci se sont déroulées du 5 janvier 1463 au 19 janvier 1463, sur deux tours de scrutin, précédées d’une période de candidatures et de débats.

Quatre candidats se sont déclarés : Lemerco, marquis de Dol ; Aanor Kergoat, vicomtesse de Malville, baronne de Josselin, dame de Saint-crépin ; Naëlig de Kerandic ; Douchka de Kreneg-Montfort. Les débats ont commencé le 22 décembre pour se terminer le 4 janvier. Chaque breton était invité à poser des questions aux candidats sur leur programme respectif.

Le mode de scrutin pour ce genre d’élection est… typique du Grand Duché. Ainsi, trois chambres votent à cette occasion. Le vainqueur doit rassembler au minimum 150% des suffrages exprimés de chaque chambre. C’est barbare n’est-ce pas ? En fait, il s’agit simplement d’additionner les pourcentages de voix obtenues par chaque candidat dans chaque chambre. Celui qui fait 150% et plus est élu Grand Duc. Ces trois chambres sont les suivantes : celle des citoyens bretons (le Parlement), les élus comportant les maires en poste et les élus ducaux, et enfin la chambre des anciens ducs de Bretagne ayant terminés leur mandat.
Le vote n’est pas secret et se fait oralement.

Il a été rapidement constaté que, dès les premiers jours du scrutin du premier tour, Lemerco arrivait largement en tête des suffrages exprimés. Au matin du 10 janvier, les résultats sont tombés.

Résultats du premier tour de l’élection grand-ducale de janvier 1463 :
Lemerco : 53,1%
Aanor : 16,05%
Douchka : 14,28%
Naelig : 7,66%
Suffrages blancs : 8,9%

Le marquis de Dol devenait le Grand Duc breton. Les bretons ont ainsi pu fêter ce jour dignement à coup de vidage de tonneaux de chouchens.

Mais... coup de théâtre : l’élection ne serait pas valable ! La candidate Aanor a soulevé l’irrégularité de cette élection, malgré le fait que le précédent Grand Duc ait été élu sur ce même mode de scrutin par le passé. Un recours devant la Cour de justice bretonne a été déposée, acceptée. Cette dernière a rendu son verdict : un second tour devra se dérouler conformément à la Constitution bretonne. Ce qu’il faut retenir, c’est que rien ne prévoyait qu’un candidat soit élu au premier tour ! Même Ubu roi n'aurait pu imaginer un tel scenario. Par conséquent, le second tour a été organisé entre Lemerco et Aanor.

Le suspense n'aura pas été du tout au rendez-vous. Au matin du 20 janvier, le verdict des urnes est tombé et Lemerco a été élu sans surprise, confirmé en cela par la cour de justice.

Résultats du second tour :
Lemerco : 90,3%
Aanor : 2,6%
Suffrages Blancs : 7,1%

La Bretagne a enfin son Grand Duc ! Et comme disent les bretons, Bevet Breizh ! Bevet an Dug Meur ! (Vive la Bretagne ! Vive le Grand Duc !)

Chouchen, pour l'AAP


[HRP : pour de plus amples détails amusants :
Le château du Grand Duc : http://forum.lesroyaumes.com/viewforum.php?f=147
La gargote, suivi des élections : http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=2228657&postdays=0&postorder=asc&start=0
Les décisions de la cour de justice : http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=2229641]
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Ven 20 Mar 2015 - 11:39

16/02/1463 Brève - Assemblée des tribuns

Paris (AAP) - L'Assemblée des tribuns poursuit son objectif et réunit avec acharnement les tribuns et maires de tout le Royaume.

Un grand recensement a débuté, histoire d'établir des listes des tribuns établis dans chaque ville. La fonction étant tournante, les noms sont actualisés au compte-goutte. Et puisque la vie des cul-terreux est faite de dur labeur, les tribuns tentent de les amuser le plus possible. C'est en vue de cela que les idées sont partagées sur les activités à leur proposer afin de les divertir au mieux et de leur faire oublier leur mal de dos à force de manier la pioche. Les discussions se poursuivent autour de thèmes récurrents, l'aménagement des taudis, l'entre-aide à apporter aux gueux, avec pour mot d'ordre principal de donner le goût de la vie à ces pauvres gens.

Tous les moyens sont bons pour cela. Et l'Assemblée des tribuns se bat quotidiennement pour en discuter. Vous êtes maire, tribun, gueux ? Allez donc y faire un tour. Vous ne pourrez en ressortir que ragaillardi.

Eliance, pour l'AAP

[ HRP - http://forum2.lesroyaumes.com/viewforum.php?f=146 ]
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Ven 20 Mar 2015 - 11:40

17/02/1463 Un trésor coulé en mer

Paris (AAP) - Le 26 janvier 1463, l'amiral breton Pit de Guérande, duc de Guérande, donne ordre de couler un bateau artésien aux environs de Saint-Brieuc, son équipage et un trésor de près de trente mille écus. S'ensuit rapidement une indignation diplomatique de la part de l'Alliance Fatum, auquel appartient l'équipage, et du comté d'Artois.

Cet incident résulte d'événements antérieurs. Le 3 septembre 1462, Kiriell de la Rose Noire vole une caraque de guerre, pille plus de trente mille écus au trésor poitevin et se réfugie au sud de l'Angleterre. Le 12 janvier 1463, trois des membres de sa famille et lui embarquent à Dovers, dans la cogue de guerre artésienne « Harmony 2 », sous le commandement du capitaine Fidji, dit l'Ours, afin de rejoindre la France. Alors que le débarquement était initialement prévu à Calais, en Artois, le voyage se poursuit jusqu'aux environs du port de Saint-Brieuc, au nord de la Bretagne. Six jours durant, l'équipage demande en vain l'autorisation d'accoster un port breton. Cependant, le 26 janvier, l'amiral breton Pit de Guérande – la liste de l'équipage lui ayant été fournie par le capitaine lui-même – donne l'ordre à la caraque de guerre bretonne « Ar Spontus » du capitaine Linkii de couler la cogue de guerre, prétextant le pillage subi par leur allié poitevin et prétendant alors à tord que le navire flottait sous pavillon anglais. Très vite, aux environs de midi, le bateau coule, son capitaine, son équipage et son trésor avec.

L'Alliance Fatum, à laquelle appartient depuis peu la Rose Noire – mais pas son trésor –, proteste le jour même auprès du Grand Duc Lemerco et de son amiral pour qu'ils cessent cette attaque contre le bateau artésien. Mais il est trop tard. C'est ensuite l'Artois, par la voix du chancelier Albroc, qui s'indigne diplomatiquement des actes de la Bretagne et de son amiral. Cette indignation est accrue par le souvenir encore récent des attaques sur plusieurs bateaux artésiens par le passé. Ce fut en effet le cas du navire « le Madgnifique » du capitaine artésien Jehanne, coulé l'année dernière au large de l'Irlande par des navires bretons. Si le pillage du Poitou est mis en avant pour justifier l'assaut, la Rose Noire est déjà passé par le fil de l'épée pour être puni de ses méfaits antérieurs. La manière expéditive dont a été réglé le sort de la cogue de guerre artésienne serait en effet plutôt la résultante d'un conflit personnel entre l'amiral Pit et Kiriell de la Rose Noire. Malgré les excuses, officielles ou officieuses, du Grand Duc et de l'Amiral, et diverses promesses faites au comté d'Artois et à l'Alliance Fatum, l'idée d'éventuels dédommagements aux victimes est encore incertaine. Le repêchage du trésor et des débris artésiens par la caraque de guerre bretonne s’élèverait pourtant à plus de cinq mille écus. Échoué sur la plage de Dovers, l'équipage se trouve quant à lui en plein repos forcé, méditant certainement sur la manière future de rejoindre le continent le plus rapidement.

Cet incident, n'étant pas le premier, semble ajouter à la dégradation des relations entre anciens ponantais et indépendantistes, déjà rendue visible par les récents événements.

ODW, pour l'AAP
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Ven 20 Mar 2015 - 11:42

23/02/1463 Angelyque, Reyne de France

Qui ne connaît pas sa Majesté Angelyque dans le Royaume ? À la cour, Maud Saint Anthelme, vicomtesse de Sennecey, secrétaire particulière et amie d'enfance de sa majesté la reyne est dithyrambique : « Sa Majesté a de la personnalité, un langage qui s'enflamme quand elle est indignée, une fermeté d'acier devant l'adversité ou ceux qui se montreraient en ennemi. Une vraie force de caractère couplée avec cette féminité tant convoitée par certains et jalousée par d'autres femmes. Sa Majesté est d'une diplomatie redoutable quand il le faut. Juste des traits politiques direz-vous ? C'est sans compter la chaleur de son cœur, sa générosité, sa loyauté et sa patience sans faille. Une femme dans toute sa splendeur. »

« Sa Majesté Angelyque est dotée d'une intelligence instinctive qui se dissimule admirablement sous une naïveté de façade », ajoute Son Altesse Sancte Iohannès von Frayner. « C'est ce qui lui a permis, notamment, de si bien tirer son épingle du jeu au sein d'un duché extrêmement difficile comme la Bourgogne et d'avoir su retourner sa disgrâce avec un tact et une facilité déconcertante sous le règne de Sa Majesté Louis Vonafred. En somme, en se faisant passer pour une gentille bonne femme un peu bêbête auprès d'interlocuteurs simplets, elle parvient merveilleusement bien à parvenir à ses fins. »

Angelyque est née le 19 février 1429, fille de Gauvain de Fronsac et de Victoire Élisabeth de Choulans. Individualiste, créative et originale, elle assaisonne son style d'un zeste de provocation. Passionnée, elle verse volontiers dans l'excès et se veut experte en charmes pour obtenir ce qu'elle souhaite.

Sa carrière politique commence dans la commune de Joinville, enclave bourguignonne dans le duché de Champagne. Elle en est la première magistrate durant plusieurs mandats. À peu près au même moment, elle se passionne pour Stam de Monestier, beau et brillant militaire, qu'elle épouse en août 1455. Passionné par la chose publique, « [il] lui donna l'envie de s'impliquer pour son duché et elle rejoint le parti historique bourguignon : BOUM », éclaire le frère de la Reyne, Cuche de Fronsac.

Élue à plusieurs reprises à la cour de Bourgogne, elle exerce d'abord ses talents de femme œconomicus à l'échelle du duché avant de devenir Duchesse de Bourgogne pendant trois mandats consécutifs. Conformément à la coutume locale, cette maîtresse femme collectionne les surnoms : la « Charolaise » en référence à l'un de ses titre, la « Mamelue » en référence à sa poitrine généreuse « qu'elle n'hésitait pas – fut-il un temps – à légèrement dévoiler pour déstabiliser ses adversaires lors de discussions ou négociations », précise encore son frère. Elle ose alors l'impensable : tendre la main au Berry, turbulent duché français, incarnation velue de tous les coups fourrés de cette partie du Royaume.

A la mort de son époux, en 1458, et alors qu'elle avait perdu son père peu de temps avant, elle se fait adopter par le patriarche de la maisnie Mirandole, Vaxilart, et épouse Enguerrand Louis-Perceval de la Mirandole. Le retour du frère jumeau de son défunt premier mari bouleverse sa vie. Enguerrand cède la place au redoutable Crezus de Montestier qu'elle épouse en 1461.

Le 16 novembre 1462, jour de la Sainte Margarita, des strass et des paillettes, Angelyque est élue Reyne de France.

Odile, pour l'AAP
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Ven 20 Mar 2015 - 11:44

08/03/1463 Mon Languedoc, touches-y si tu l'oses !

Montpellier (AAP) - Le 20 février dernier, le conseil du Languedoc a été renversé avec la bénédiction royale ! Christina de la Nuit Étoilée, dite Tina, la Reyne des carottes, des gueux, comtesse élue le mois dernier par une belle majorité des languedociens, aura fini par attirer l'attention de la Reyne de France. Suivant la requête à charge de la comtesse de Rochefort, Meval de Vampérià, qui avait porté ses récriminations en salle du plaid au Louvre, Sa Majesté a fait annoncer le 19 février qu'elle donnait blanc seing à « des personnes de confiance et soucieuses des intérêts languedociens à marcher sur le château de Montpellier ».

Chose faite : depuis quelques jours, un conseil de régence composé de la comtesse Enduril de Noùmerchat, Vroqu de London (vicomtesse d'Angillon et baronne d'Anay-le-viel), BBred de Lortz (comte de Pézenas & baron du Pouget), Meval de Vampérià (comtesse de Rochefort d’Oc et de Laudun baronne de Bagnols), Select2 de la Côtemeraude, Malcomx01 d'Angmar (seigneur de Saint-Etienne-des-sorts), Arthur Akap (baron héritier de Pegairoles de Buègues et Senher de Montmoirac), Malkav de Vampérià (comte de Rochefort d'Oc, comte consort de Laudun et baron de Bagnols), et dames Asaliva, Morgance, Ailein et Lantana de lo Casal de la Plaja.

Dans l'annonce royale, Christina de la Nuit Étoilée est accusée d'avoir « délibérément mené une politique destinée à faire sombrer le comté du Languedoc à tous niveaux, qu'elle a entrepris de l'anéantir scrupuleusement et totalement ». Les lettres et interventions en gargote pleuvent depuis : lorsque certains languedociens s'y étonnent de la tournure des événements, la comtesse Enduril répond scrupuleusement à chaque soupçon de prévarication, avec les pièces dont elle dispose. D'autres suivront, si l'on l'en croit.

Ainsi, la comtesse Christina aurait détourné un millier d'écus languedociens et négocié la vente et la construction d'une caraque de guerre aux sectateurs réformés du Lion de Juda, « faction décrétée ennemie de la Couronne de France » sans que, pour le moment, les preuves explicites et les noms des protagonistes aient été présentés aux languedociens. «[D]epuis le début de sa campagne électorale, [Christina] n'a fait que monter la roture contre la noblesse », précise la comtesse Enduril. « J'ai dit que je ferai la lumière sur les accusations qui pouvaient être portées, pour avoir des certitudes, parce que je n'avais pas eu accès au dossier initial qu'a eu la Reyne », souligne encore la nouvelle Régente. Cette lettre à charge, présentée à la Reyne et aux pairs de France le 12 février dernier, n'a pas fait l'objet d'une publicité particulière.

La baisse significative du prestige du grand Comté et, suivant l'annonce royale, « l'instabilité d'un conseil où les pressions exercées ont conduit à des démissions et des révocations y compris dans son propre camp, la fraude des deniers et la dispersion injustifiée des biens comtaux, le soin mis à dénigrer et outrager la noblesse languedocienne en toutes occasions, le refus de remplir ses obligations suzeraines » auront finalement eu raison d'une comtesse élue à plus de 60%.

Depuis le 3 mars, deux armées s'affrontent sous les murs de Montpellier. « L'invincible », commandée par le général Select2, dans les murs et mandatée par le conseil de Régence, et « La Défourailleuse » du général Joroket, mandatée par la comtesse Christina. Les combats ont fait des morts et des blessés dans des proportions qui n'ont pas été communiquées. Probablement une demie douzaine dans chaque camp.

Odile Sobiros, pour l'AAP


[ HRP - Le Languedoc au Louvre : http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=2234661
Salle de doléances du peuple languedocien : http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=2073011&postdays=0&postorder=asc&start=825 ]
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Ven 17 Avr 2015 - 16:53

12/03/1463 Couronnement de Sa Majesté Angelyque

Paris (AAP) - L'office des cérémonies du Louvre a annoncé que le couronnement de Sa Majesté Angelyque de Montestier aurait lieu dimanche 15 mars de cette année.

Après moult hésitations, la Couronne, en conflit avec l’Église aristotélicienne romaine, a décidé d'opter pour un couronnement plutôt qu'un sacre. Dans la lignée du roi Jean III de Cetzes, Sa Majesté se fera donc couronner par le grand maître de France, Son Altesse Ingeburge Malzac d'Euphor, et couronnera à la suite son consort, Son Altesse Crezus. Après quoi se tiendra un grand banquet orchestré par l'Office de la bouche, dont le menu (surprise) fait saliver d'avance ceux qui le connaissent.

Rosalinde, pour l'AAP


[ HRP :
Ça aura lieu ici => http://forum2.lesroyaumes.com/viewforum.php?f=9998 ]
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Ven 17 Avr 2015 - 16:53

20/03/1463 Grabuge Bourguignon

Chalon (AAP) - La récente prise de la mairie de Chalon par l'association du Lion de Juda et d'un détachement de l'Alliance Fatum a mené sur le territoire bourguignon à une bataille comptant une soixantaine de combattants pour la reprise de la ville.

Le 1 mars, cinq lances composées en tout d'une trentaine de membres de l'Alliance Fatum et du Lion de Juda arrivent à Chalon, après leur récente attaque de la mairie de Poligny le 26 février, en Franche Comté. Aussitôt, la Bourgogne lance une alerte officielle, appelle la population à défendre la ville et la Bourgogne et déclare les arrivants indésirables sur le territoire.

Le lendemain, la mairie tombe et les attaquants proclament la République Libre de Chalon, l'abolition des impôts et dénoncent « l'oppression du Royaume », bien que n'ayant alors pas les moyens de concrétiser totalement leur déclaration. La secte réformée du Lion de Juda profite de cette occasion pour faire du prosélytisme au nom de Déos et de leur religion, pointant du doigt Rome et l’Église Romaine. Dès lors, ils annoncent la création d'une soupe populaire, destinée aux villageois et financée par une partie de l'argent pillé à la mairie. Un seul repas semble cependant avoir été distribué.

Cet événement, pouvant paraître comme une banale révolte brigande ou réformée, gagne en importance dès le 6 mars, à l'arrivée de l'armée « Ad maiorem Burgundiae gloriam » commandée par Asclepiade. L'armée bourguignonne agrémentée tente aussitôt une reprise musclée de la ville, se heurtant à la résistance des assaillants. S'ensuit une bataille équilibrée de près de soixante personnes, chaque camp ayant environ le même nombre de combattants. Il est dénombré à son issue le lendemain une quinzaine de morts et de blessés, environ le même nombre pour attaquants et défenseurs. Parmi eux, le capitaine Asclepiade, cédant sa place à Francesca di Cambio.

L'armée ne retentant pas l'assaut, la ville est libérée le surlendemain, le 9 mars, par l'élection municipale. La situation semble alors se stabiliser près de Chalon , malgré les mouvements militaires : les lances des Fatum et du Lion partent peu à peu. Dans les duchés à l'Ouest, sur la route des brigands et des réformés, plusieurs armées ont été dépêchées à la frontière, comme au Bourbonnais-Auvergne où la Garde a été doublée, des mesures similaires étant prises dans les villes des autres duchés.

U.I. et Baudouin, pour l'AAP
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Sam 23 Mai 2015 - 10:37

17/04/1463 Tastevin et Artois : je t'aime, moi non plus

Arras (AAP) - Tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes dans le nord de la France : l'AAP a enquêté et s'est plus particulièrement intéressée à l'Artois.

L'Artois est situé entre la terre des Angloys et le cœur du royaume de France : il fut autrefois la première province de ce Royaume, comme le dit la légende. Si certains lui prêtent mauvaise réputation, c'est bien à tort, car les Artésiens savent être des gens chaleureux et réactifs : tous les plis et lettres que nous avons envoyés aux différents acteurs de cette province ont eu réponse, ce qui est assez rare pour être signalé. Les Artésiens sont connus pour être des gens « singuliers et complexes » selon les mots du comte. « Vous verrez aujourd'hui deux Artésiens s'étriper mutuellement et, le lendemain, rire grassement ensemble bras dessus bras dessous. » L'Artois, en général, porte une place particulière dans les terres autour du domaine Royal : indépendante, mais jamais en rupture de ban.

L'Artois est clairement une terre aristotélicienne, les relations avec le comté ayant toujours été très bonnes. Le comte Camille de Kermorial a répété à maintes occasions que la primauté de la religion aristotélicienne est inscrite dans la Constitution. Monseigneur Adso a par ailleurs déclaré que « par rapport à d'autres comtés, voire à la Couronne de France même, on peut considérer les autorités comtales comme très aristotéliciennes ».

L'Artois, cependant, cache un sombre secret... qui n'est pas sombre ni secret. Il s'agit de Tastevin. Située entre Péronne et Bertincourt, la première abbaye du Royaume constitue un élément singulier dans la politique du comté. Un élément original, mais dont le rôle peut troubler ou conforter le comté (grâce à la bière). Indépendant du pouvoir comtal artésien, l'abbaye du Tastevin a, de par sa position, toujours obligé les deux entités à travailler de concert.

Le schisme de Tastevin trouve son origine dans une disposition du Droit canon. À l'origine, les abbés étaient considérés comme faisant partie de l'Assemblée épiscopale de France (AEF) en tant que membres de plein droit : le refus de l'application de la part de l'AEF de cette disposition entraîna une série de quiproquos entre l'abbaye et Rome. Un ultimatum resté sans réponse de la part de l'abbé Poussix déboucha sur la séparation avec la Sainte Église de Rome. Le Droit canon fut ensuite modifié (après le schisme) pour supprimer cette disposition : les abbés et pères supérieurs d'Ordres devinrent alors simples observateurs de l’AEF.

On pourrait penser que le mot d'esprit sur la bière est une blague : or, ce n'est pas le cas. En effet, ces derniers mois, il y a eu plusieurs points de frottement, principalement dus à la production de bière de la part de l'abbaye. Deux histoires ont vu une opposition ouverte entre le comté et l'abbaye. À la fin de l'été de l’année dernière, en l'an de Grâce 1462, le comté a imposé le payement de la taxe portuaire à l’abbaye, puisque sa cogue marchande, La Rousse tempérance, restait à quai dans le port de Bertincourt. Ce bateau, servant à exporter les bières de l'abbaye hors du comté, n'est finalement que peu usité. « Les voyages ne sont pas aussi réguliers que nous le souhaiterions pour la simple et bonne raison que la fabrication de la bière reste notre priorité et cette taxe met les finances de l'Abbaye en péril », nous a confié un moine de l'abbaye. Quelques semaines plus tard, une nouvelle taxation sur les produits de base destinés à la fabrication de la bière (malt, houblon), ainsi que sur les produits manufacturés (tonneaux) a été décrétée sur les marchés du comté. En ces circonstances, l'abbé Poussin a décidé que l'abbaye du Tastevin ne vendrait plus une goutte de bière en Artois puisque, de fait, il était devenu impossible de la vendre sous les 0,80 écus la chope.

Ces deux événements et le conséquent arrêt de la production ont suscité beaucoup de bruit et le conflit larvé ne s'est terminé que par l'intervention de la Comtesse de l'époque, Zazaroyaume. Elle a complétement aboli les taxes sur les denrées qui pesaient sur les finances de l'abbaye et l'affaire s'est calmée. Du moins en apparence, car si les relations semblent s'être améliorées et un traité commercial est même en négociation, les moines du Tastevin ont compris la leçon et ont déplacé la cogue en dehors de l'Artois.

Si le Tastevin constitue un élément unique et original dans le champ politique artésien, il joue un rôle trouble dans le domaine religieux. L'abbé Poussix affirme que l'abbaye « fait partie de l'Église aristotélicienne régulière », bien qu'en schisme. Cela ne l’empêche pas de causer des frictions avec l'EA locale (qui compte 2 diocèses, Cambrai, qui couvre l'essentiel du territoire artésien, et Beauvais, qui couvre que la ville de Bertincourt et Clermont en Champagne, où se trouve d'ailleurs une autre abbaye, thomiste cette fois). Dans un exemple récent, lors des fêtes de saint Noël, quatre moines ont été déployés dans différents bourgs artésiens pour prêcher. Ils souhaitaient « marquer le coup en montrant aux représentants de l'EA de quoi [ils étaient] capables » et également « sensibiliser sur les cures qui sont désespérément vides ». Cependant, point problématique, seules certaines idées ont été prêchées, ce qui est contraire aux lois édictés par l'EA, rappelées localement par l’archevêque Adso.

Badouin de Puyslaurn, pour l'AAP
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Sam 23 Mai 2015 - 10:38

27/04/1463 Chaos électoral en Bretagne!

Nantes (AAP) - En janvier 1463 s’étaient tenues les élections grandes ducales qui ont vu la victoire du marquis de Dol, Lemerco. Moins de deux mois après son élection, le Grand Duc abdique, le 1er mars.

Les raisons de son abdication tiennent, d’une part, à une grande lassitude personnelle face au pouvoir : les valses des démissions de ses conseillers, les rivalités et les inimités internes, les demandes extravagantes de certains conseillers ou de Bretons ont eu vite raison de sa patience. D’autre part, il évoque également l’impossibilité pour lui de changer les choses en Bretagne, de faire bouger les lignes face à une obstruction systématique et un conservatisme bon teint.

S’ensuit alors une nouvelle organisation d’élections grandes ducales, où, surprise, Lemerco se représente, annulant son abdication de lui-même alors que des candidats s’étaient déjà présentés. Pendant cette période où le pouvoir est ébranlé par cet imbroglio, la cour de justice bretonne, juridiction suprême en Bretagne, doit s’occuper de plusieurs recours concernant l’abdication de Lemerco et son annulation. Finalement, la Cour rend une décision confirmant l’abdication le 28 mars 1463.

Les Bretons aimant les élections, celles-ci sont organisées de nouveau pour élire un nouveau Grand Duc. Six candidats se sont présentés : Grandsage de Kerdraon, duc d'Ouessant ; Mike de Nauériels, vicomte de Pleubian et Ponguau ; Naoned-Riec de Montfort, vicomte de Derwal ; Gwenc'hlañ Bleihzmorgan, comte de Morlaix ; Tatoo Salaun de Kerkrenv, duc de Crozon ; Douchka de Kreneg Montfort.

Quelques précisions ? Voici en un mot comment résumer chaque candidat d'après les avis recueillis auprès du peuple breton : rigide, arriviste, inconstant, grincheux, dilettante, séductrice. Ainsi, ami lecteur, vous pourrez choisir en toute impartialité votre préféré.

La campagne électorale s’est terminée le 22 avril ; les votes ont débuté le lendemain et se termineront le 27 avril 1463. Si aucun des candidats n’obtient la majorité absolue, un second tour sera organisé entre les deux candidats arrivés en tête.

Chouchen, pour l’AAP
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Sam 23 Mai 2015 - 10:41

04/05/1463 Ma couronne, ma couronne pour l'Artois


Cambrai (AAP) - Une considérable agitation règne ces jours-ci près de la cathédrale de l’archevêché de Cambrai. De nombreux artisans, commerçants et surtout nettoyeurs préparent avec hâte le futur couronnement du Comte d'Artois, Guiguiseg.

Historiquement, les comtes d'Artois étaient couronnés comme feudataires par l'ensemble des évêques d'Artois. Cette tradition, remontant à feu le roy Lévan II à la fin de la guerre contre les Anglois, s'est néanmoins interrompue avec le couronnement du comte Bayard, en 1461, avant de reprendre vie en ce joli mois de mai 1463. Par un hasard heureux, l’archevêque Adso de Cambrai est la personne même qui a réalisé l'ancien couronnement, ce qui devrait faciliter considérablement les préparatifs et le cérémoniel.

Parmi les présents, on pourra compter sur la présence de l'ancien comte et aujourd'hui conseiller Camille d'Armorial, l'évêque de Beauvais Tamano, mais également des représentants de la Couronne. On murmure dans les couloirs que la Reyne même pourrait faire une apparition.

Baudouin de Puyslaurn, pour l'AAP
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Ven 26 Juin 2015 - 19:45

07/06/1463 Même que des fois, je vomis


Nîmes (AAP) - Qui n'a jamais eu les tripes jouant aux quilles entre elles, la cervelle faisant office de befroi, le dos comme piétiné par la dernière des vaches (ceci n'est pas une insulte envers votre femme, messieurs), l'estomac dans les talons ou la langue jouant à chifoumi avec votre repas de la veille ?

Tous ces désagréments nous surprennent un matin, a lors que nous pensions que tout allait bien dans le plus merveilleux des mondes. Et, souvent, on reste là, épuisé par ces maux qui nous torturent, à ne pas savoir quoi faire. Pour vous, j'ai rencontré un des plus célèbres médecins de notre Royaume et comme elle tient à son anonymat, je la nommerai seulement l'Italienne (puisqu'elle l'est).

Plusieurs attitudes sont à adopter, lorsque le mal nous envahit. Souvent, on attend simplement que ça passe. Et comme le mauvais temps, ça finit effectivement par s'éclaircir. Mais il faut savoir que la prochaine attaque sera encore plus virulente. Ce n'est donc pas l'idée du siècle. Mais si vous voulez l'adopter, soit.

Les plus courageux (et les moins pauvres) peuvent aller consulter le médecin du village. Parfois, il faut le chercher longtemps, questionner à droite et à gauche. Ces gens-là se font discrets et ne crient pas sur tous les toits les activités qui sont les leurs. Interroger le maire en place est encore la solution la plus efficace pour obtenir un nom ou une adresse. Il vous faudra prendre rendez-vous chez ce fameux médecin que vous aurez réussi à dégoter de derrière les fagots. Ils sont de la classe des pointilleux. Des très organisés. Si ils prennent soin de leurs patients comme de la planification de leur journée, vous serez à coup sûr soigné scrupuleusement. Méfiez-vous donc de ceux qui vous feront allonger à la va-vite sur une table de taverne à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit. Ceux-là sont des charlatants. Ou ils vous veulent autre chose...

Lors de la consultation, vous aurez plusieurs choix, selon vos moyens financiers. D'abord, le médecin examinera la moindre parcelle de votre anatomie pour déterminer avec exactitude la ou les maladies dont vous souffrez. Ensuite, il vous proposera, moyennant un petit supplément, une potion à effet immédiat, qui vous libérera de la maladie momentanément. Si vous tenez à éradiquer pour toujours le mal de tout votre être, il faudra encore faire chauffer de l'écu. Une santé de fer n'a pas de prix.

Entre temps, pour parvenir à ingurgiter quelque nourriture sans la rendre avec pertes et fracas, grignotez donc des épis de maïs. Vous en recracherez sans doute une petite partie, la faute à des grains qui obliqueront malencontreusement par le trou du dimanche, mais votre estomac se remplira tout de même un peu. Manger en public dans une taverne permet aussi de garder son repas dans le gosier. Je dirais que, inconsciemment et malgré la maladie qui irradie tout votre organisme, votre personne sait se tenir et ne pas vomir en public.

Vous voilà à présent armés pour survivre contre vents et marées, contre régurgitations et courbatures.

Eliance, pour l'AAP
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Sam 11 Juil 2015 - 15:35

18/06/1463 Lettres types - S'adresser aux régnants




Paris (AAP) - À l'heure où les écrivains publics se font rares, l'AAP pense à vous. Et quand on pense à vous, on ne fait pas semblant. Notre équipe va vous proposer une panoplie de lettres qui pourront vous faciliter le quotidien. Pour chaque thème, une lettre sera rédigée afin de combler les lacunes d'écriture que tout un chacun peut rencontrer. Vous n'aurez plus qu'à la personnaliser au besoin. Nous les avons appelées les « lettres types ».

La première est bien évidemment une lettre pour râler contre ce comte/duc qui ne fait rien dans le bon sens et qui vous fait perdre patience.

__________________________________

Cher(e) régnant(e),

Je viens ici vous faire part de la grogne de « votre peuple ». Vous rappelez-vous de lui ? Celui qui vous a choisi pour occuper ce poste ?
Je sais bien que le choix n'est qu'une illusion créée pour séparer ceux qui ont le pouvoir de ceux qui ne l'ont pas, mais peut-être pourriez-vous daigner vous intéresser un peu à nous autres. Je ne sais pas, faire quelque chose qui nous intéresse ou qui nous soit bénéfique, plutôt que de ne vous intéresser qu'aux nobles qui vous lèchent les chausses et à vos amis profitant de votre position.

Votre peuple à faim, « Votre Hauteur ». Il a faim de liberté. Il a faim de justice. Il a faim d'égalité.
Et que faites-vous pour assouvir cette faim ? Rien !
Par contre votre soif de pouvoir et d'ambition, elle, elle se porte à ravir.

Quand consentirez-vous à vous adresser au peuple pour lui dire ce que vous faites, au lieu de ne l'abreuver de promesses pour être réélu ?
Quand vos amis et conseillers vont-ils enfin travailler plutôt que de se prélasser dans leur bureau ou d'organiser des fêtes hors de prix pour soigner leur prestige ?
Quand nos routes seront-elles enfin sécurisées ? Quand les finances de ce comté/duché serviront-elles le peuple ? Quand les mines cesseront-elles de se délabrer ? Quand le porte-parole aura-t-il quelque chose à communiquer ?

En somme, comment avoir confiance en vous, l’Élu du peuple, alors que vous nous abreuvez d'impôts ineptes ?

Sortez donc un peu la tête de votre fondement et voyez le véritable état de votre terre. Sinon nous montrerons à votre peuple ce que vous ne voulez pas qu'il voit. Nous leur ferons voir un monde sans vous, un monde sans loi ni contrôle, sans limites ni frontières, un monde où tout est possible.

Salutations distinguées et impatientes.

__________________________________

22, pour l'AAP.
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Sam 11 Juil 2015 - 15:36

23/06/1463 Ça bouge en Poitou



Niort (AAP) - En marge des festivités pour les dix ans de la création du comté dont nous vous parlions dans un précédent article, les Niortais ont une manière bien particulière de célébrer l'événement.

En avril dernier, alors que les frictions entre la mairie niortaise et le conseil poitevin augmentaient encore, un groupement de personnes renommées de la ville, dont la bourgmestre d'alors, Sarah Ann, se réunissait afin de mettre au point une action forte. Ces derniers reprochent au comté son indifférence pour la ville de Niort depuis des années. Le 20 avril voit Niort déclarer son indépendance et la sécession du comté du Poitou par le truchement d'un « quatuorvirat » auto-proclamé, composé du tout nouveau bourgmestre Fayom, de l'ancienne mairesse, d'une grande figure de la ville, Johnston, et du commandant Renard de l'ost local.

Malgré la défense de la ville organisée par le quatuorvirat, les troupes comtales, envoyées par la comtesse Philorca « https://www.youtube.com/watch?v=PCjwxItb_p4]sans pitié pour mater la rébellion », se rendent maîtresses de la ville dans la nuit du 3 au 4 mai en destituant le bourgmestre élu, après trois jours de combats en une semaine. Un bourgmestre intérimaire, favorable à la cause comtale, est alors placé à la tête de la mairie et une partie des troupes comtales se retirent de la ville en ne laissant qu'un petit détachement derrière elles pour maintenir le calme.

Le quatuorvirat tenta bien de reprendre le pouvoir par les armes dans les jours suivants, sans succès, empêchant les bons Niortais de dormir paisiblement jusqu'au 15 mai. Les deux camps ont alors entamé des discussions pour aboutir à un compromis. Le quatuorvirat s'est engagé à ne plus tenter de destituer l'homme du comté de la tête de la mairie jusqu'aux prochaines élections, en échange de quoi les dernières troupes armées comtales ont dû quitter la ville. Et c'est finalement par la voix des urnes que les indépendantistes sont revenus dans la danse, le 17 mai, avec l'élection assez large à la mairie (76% des voix), face à une candidate pro-comtale, d'un des membres du quatuorvirat, Johnston, bien aidé par sa renommée passée dans la ville et ses nombreux mandats de bourgmestre.

Le 13 mai, le quatuorvirat de Niort avait fait une tentative d'apaisement en direction du comté du Poitou, sous la forme d'une déclaration d'exigences pour leur retour dans le giron comtal, giron qu'ils n'ont techniquement pas quitté pour ne pas priver la population niortaise de l'accès aux commodités comtales (bêtes, mines, université). Les demandes se sont portées notamment sur la reconnaissance et l'anoblissement de certains Niortais, hors quatuorvirat, la suppression des impôts comtaux non versés pendant « l'indépendance » de la ville qui s'élèvent à 2000 écus, l'amnistie comtale pour les indépendantistes et la reconnaissance par le comté de la Coutume niortaise, texte de loi édicté par le quatuorvirat le 24 mai afin de se substituer aux lois comtales. Le Comté est resté officiellement sourd à cet appel jusqu'à maintenant.

Le comte Ancelin Herbst, reconnu à la tête du conseil et du comté le 13 mai, considère que Niort et les Niortais sont « pris en otage d'une situation qui les dépassent, manipulé[s] par une bande d’énergumènes qui ne pensent qu'à leur nombril ». Il affirme également que les deux précédents bourgmestres élus, Johnston et Fayom, « ont subtilisé les écus de la ville dans leur chaumière... par sécurité ». Un fait que les intéressés confirment dans une lettre envoyée à la population de la ville. Il finit tout de même par répondre aux propositions du quatuorvirat par un ultimatum afin de mettre fin à cette histoire : renoncer à leurs exigences ou rompre toute discussion entre les deux parties.

À l'heure où nous écrivons, les indépendantistes sont toujours à la tête de la ville, avec la nouvelle élection à la mairie du sieur Fayom et tentent de prendre part à l'élection prochaine du conseil comtal du Poitou. Et Niort est toujours à la fois poitevine et indépendante.

22, pour l'AAP.
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Sam 11 Juil 2015 - 15:38

01/07/1463 Royalement trépassée




Paris (AAP) - La malédiction royale a encore frappé. En ce matin du 28 juin 1463, la Reyne Angelyque est morte. Il semblerait que l'excès de conflits soit néfaste pour la santé. Elle laisse derrière elle un Royaume endeuillé et agité.

Déjà affaiblie par la tragique trahison de son fils, la Reyne s'est vu chagrinée par une annonce de Fenice Maria Helena Deversi-Aslan Borgia, cardinal-archidiacre de Rome, l'accusant de « propos définis comme hérétiques par la commission épiscopale ». La Reyne aurait alors entrepris un déplacement vers Rome, accompagnée de la garde royale, en vue de rétablir le dialogue avec l'Église aristotélicienne et, sans doute, pour prouver la constance de sa foy remise en cause.

Le malheur aura frappé sur les chemins, puisque au matin du 28 juin, elle a été retrouvée sans vie, assassinée. Rome ne sera jamais atteinte. Les circonstances de sa mort ne sont pas encore connues, mais les suspects, tout comme ses ennemis, sont nombreux.

La chapelle du Louvre a revêtu ses parures violettes de deuil, alors que les vitraux se sont vus assombrir pour veiller à ce que le cercueil de la Reyne n'apparaissent à la vue du peuple qu'éclairé par les cierges aristotéliciens. Ainsi, chacun pourra venir, s'il le souhaite, rendre un dernier hommage à la souveraine.

Mais déjà, le pays reprend vie puisque les candidatures pleuvent pour les très prochaines élections royales. À croire que ceux-là ne craignent pas la malédiction...

Eliance, pour l'AAP

---------------------------------
HRP - Chapelle du Louvre :
http://forum2.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=18732691#18732691
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Ven 31 Juil 2015 - 11:26

06/07/1463 Le Grand Duché en guerre contre lui-même


Brest (AAP) - Faute d’ennemis sérieux, les Bretons n’ont trouvé que cette solution pour se divertir. Tout a commencé avec l’élection de Grandsage de Kerdraon à la fonction de Grand Duc, début mai 1463. Beaucoup de ses opposants, en tête le duc de Guérande Pit51, décident de monter une liste aux élections ducales avec pour objectif affiché de s’opposer à lui pour des raisons autant personnelles que politiques.

Autant les raisons personnelles, on s’en cogne, les deux ne peuvent pas se sentir. Les raisons politiques ? Il est reproché au Grand Duc de vouloir instaurer une dictature, la preuve de ses opposants étant que sa femme est également la présidente de la Cour de justice bretonne. Pour la plupart des Bretons, cela ne peut se concevoir.

De fait, le résultat de ces élections ducales a donné à la liste adverse la majorité des sièges. Toutefois, pendant douze jours, le conseil élu n'est pas parvenu à se mettre d’accord sur le choix d’un duc du fait qu’un membre de la liste majoritaire, la fille de Pit51, a décidé de soutenir son père sur liste adverse. Pendant cette période d’incertitude, la tension entre le Grand Duc et ses opposants a monté. Le Grand Duc a même proclamé l’état d’urgence et la prise des pleins pouvoirs, comme l’ont déjà fait certains de ses prédécesseurs, afin que le Grand Duché prenne possession du conseil ducal. Finalement, Ozane a été élue Duchesse de Bretagne, la prise du château de Rennes a été annulée et la présidente de la Cour de justice bretonne n'a pas validé la prise des pleins pouvoirs du Grand Duc.

Dans le même temps, des mandats de protection ont été faits à des personnes de confiance (ou pas). Les caisses et les réserves sont donc largement amputées de leurs stocks, ce qui ne rend pas facile la gestion actuelle du duché, ces dernières n’étant toujours pas remises au duché.

Peu après, les Bretons ont appris que Pit51 avait fait pression sur la Duchesse Ozane afin que le chef d’armée de Rennes détruise son armée et soit mis en procès, ainsi que le maire de Rennes, les hommes du Grand Duc, que ce dernier démissionne ou s’excuse et que le maréchal des armées soit viré. Le conseil ducal a refusé ces demandes, alors que, dans le même temps, Pit51 et l’ancien Grand Duc Patate ont monté des armées sans autorisation sur les villes de Brest et de Tréguier.

Les opposants au Grand Duc s’en sont donnés à cœur joie et ont tiré à boulets rouges, au sens propre comme au figuré : Pit51, amiral déchu a coulé le navire grand ducal, ainsi que celui du chambellan, et réclame même que le duché répare son navire qui a subi des dommages suite à ses propres attaques. Il a ensuite affranchi Brest du duché de Bretagne, s’autoproclamant seigneur de la ville et prince des mers. Il justifie ses actes comme des réponses aux menaces et actions émises par le Grand Duc et la Duchesse. Son principal soutien, le duc de Crozon, réclame lui 50000 écus au duché pour l’ouverture d’une route entre Rohan et Brest. Monsieur Patate a également mis la ville de Tréguier en ville franche. La Bretagne trouve ainsi son territoire amputé de deux villes.

Depuis, le Grand Duc a disparu. Certains le disent enlevé, d’autres malade. Avant cela, une main a été nommée, celle-ci proclamant la levée du ban et de l’arrière ban, tandis que le maréchal des armées a tenté d’organiser une confrontation entre les opposants et les partisans du Grand Duc, soit 15 combattants de chaque côté avec pour enjeu la victoire de la guerre.

Concernant la noblesse, il semble se dessiner trois camps : les partisans du Grand Duc, représenté par le vicomte de Pleubian et Ponguau, maréchal de Bretagne, Mike de Nauériels et le duc de Rhuys, Mael de Morrigan-Montfort dit Coldtracker ; les partisans de Pit51, représentés par le duc de Crozon, Tatoo Salaun de Kerkrenv et le vicomte d’Ancenis, Mael de Kerdraon ; les neutres, représentés par le marquis de Dol et l'ancien Grand Duc, Lemerco et la duchesse du Rohannais, Anastriana de Walsh-Montfort.

Si vous n’avez pas tout bien suivi, résumons un peu. Nous avons :
- un Grand Duc élu
- des opposants remontés
- un choix long et difficile d’un Duc
- une tentative de prise du château de Rennes
- des mandats de protection non retournés au duché
- des coulages de navires
- deux armées non autorisées
- deux villes franches
- une levée de ban et une noblesse divisée
- un Grand Duc disparu
- un combat des 15


Désormais, que va-t-il se passer ? Y aura-t-il d’autres navires coulés par la flotte de Pit51 ? Est-ce que d'autres villes seront franchisées ? Quelle issue au combat des 15 ? Aura-t-il lieu ? Quid des mandats ? Que fera le peuple breton fasse à cette guerre ?

Toutes ces questions et aucune réponse pour l’instant. La suite au prochain épisode.

Chouchen, pour l’AAP.
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Ven 31 Juil 2015 - 11:32

20/07/1463 Entretien avec Lemerco, candidat aux royales




Paris (AAP) - Entretien réalisé par Baudouin de Puyslaurn.

- Pourquoi vous ?
Cela fait des années que je vois les Roys de France se succéder sur le trône, d’un œil parfaitement neutre et extérieur, et plus le temps passe, plus un constat alarmant prend forme, s’affirme et se confirme : c’est toujours les mêmes figures que nous retrouvons, toujours le même sang qui coule dans les hautes sphères françaises.

Pour celles et ceux qui portent en eux une flamme et un panache flamboyant, une liberté et une indépendance d’esprit qui pourraient faire du candidat un grand Souverain, ces dernières qualités, par le fait d’une fatalité implacable abattue sur la France, se retrouvent vite étouffées et rangées dans un placard dès lors qu’il n’y a pas copinage avec un de ces grands clans qui ont fait de la France leur terrain de jeu, et si vous ne me croyez pas, voyez les candidats d’aujourd’hui : le frère d’un ancien Roy, le fils d’une ancienne Reyne, la fille d’un ancienne Reyne, la Sale Catin, le Grand Maitre d’une ancienne Reyne adoubée par le fils d’un ancien Roy…

Je réponds, donc… tout simplement parce que je m’ennuie, et que je porte en moi, tel un trésor, une relique sainte, l’irrévérence, la truculence, l’effronterie, la rébellion, la fureur bretonne qui construit dans le conflit et la provocation, et que je peux être cette voix qui souhaite rendre aphone les corbeaux coassant en volant dans les cimes français, ce bras qui par la seule force de ses muscle prétend détruire les chaines qui emprisonnent la France et son peuple, me présentant ainsi, comme dans le mythe de la caverne de Platon, tel le philosophe qui a pour telos d’arracher les hommes de ces mirages ombrageux qui les empêchent d’être libres et conscients du monde qui les entoure.

- Quelles sont les tares physiques qui risquent de vous être fatales un jour ?
Aucune. Mes parents m’ont abandonné tôt, mais ont eu le mérite de bien faire leur travail, sauf la pour la pilosité. Ceci dit il m'arrive parfois de pencher vers l'avant, notamment en présence d’une jolie femme ; j’ai peur que ce manque d’équilibre, dû à ce qui s’apparente à un surpoids démesuré, localisé et temporaire, ne m’entraine un jour plus bas que terre.

- Qu'est-ce que vous n'avez encore jamais fait dans votre vie (à part vouloir devenir Roi) ?

Je n’ai encore jamais été Pape, jamais été à Alexandrie, jamais été sur la lune, jamais couché avec une Malemort – exploit faisant de moi un être presque unique – jamais été sobre, jamais couché avec Calyce, jamais fait enfant de chœur dans une église, jamais sauté à cloche-pied sur un muret en chantonnant, jamais bradé mon honneur, jamais été acheté… bref.

- Dévoilez votre casier judiciaire.
Mon casier judiciaire en Bretagne est vierge.
Par contre celui en France est tellement long que j’aurais peine à tout énumérer, tant et si bien que je vous invite à vous adresser à Liloia de Baish, de l’ordre du Saint-Sépulcre qui connait mieux ma vie et mes méfaits que moi-même.
Je remercie toutefois les Normands, les Périgourdins et les Auvergnats sans qui je n’aurais jamais pu financer ma candidature.

- Avez-vous quelque chose à voir dans l'assassinat de la Reyne Angelyque ?
Bon, j’avoue, c’est moi qui ai piqué ses culottes après sa mort. Mais je n’ai absolument rien à voir, de près ou de loin, avec son assassinat. Voyez en moi un charognard plutôt qu’un prédateur carnivore. Vous devriez plutôt chercher du côté des candidats qui ont une vraie chance de succès ; car soyez pragmatique, soyez logique : A qui profite le crime ?

- Que comptez-vous faire avec l'Empereur ?
Manger une bonne choucroute, boire une bonne bière, me régaler de schtrudes !
La gastronomie est souvent un incroyable vecteur diplomatique, bien plus efficace que les coups de massue ou les tranchages de gorge.
Nous discuterons ainsi de l’avenir de la Lorraine autour d’une bonne quiche, et négocierons avec lui son indépendance – pour sûr que son sang breton va frémir à l’entente de ce mot – comme symbole de cette guerre et de la paix que je lui proposerais.

- Allez-vous offrir des fleurs aux trois duchés indépendantistes ?

Je compte les intégrer au Domaine Royal, donc quelque part je leur offre des lys, oui. Il faut aimer son adversaire, aller jusque dans ses bras l’embrasser, le pénétrer, au plus profond de son âme j’entends, gros dégueulasse !
Quand la guerre ne suffit pas, il y a heureusement l’amour, d’Aristote, et de son prochain.

- Et le fils de la Reyne ? et le général Namaycush ?
Je ne suis pas sûr qu’ils aiment les fleurs.
Ceci dit, qui suis-je pour spéculer sur leurs tendances sexuelles ?
Mais c’est vrai qu’à bien y réfléchir... huhu
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Ven 31 Juil 2015 - 11:33

20/07/1463 Entretien avec Azharr, candidat aux royales




Paris (AAP) - Entretien réalisé par l'Oisillon

- Pourquoi vous ?
Ben oui, c'est vrai, pourquoi moi ? Je veux dire, pourquoi moi et pas un autre à cet instant précis pour votre causerie ? Et je vais vous le dire moi, je vais vous le dire... parce que vous pensez que l'article va intéresser les gens et par extension, cela veut dire que des gens sont intéressés par ma candidature. Bienvenue dans le monde fascinant de la logique éphémère.

- Quelles sont les tares physiques qui risquent de vous être fatales un jour ?
Comme tout les monarques d'Antan. Une explosion imprévisible des chevilles à retarder le plus possible.
Mis à part cela, rassurez vous, j'ai encore de beaux jours devant moi.

- Qu'est-ce que vous n'avez encore jamais fait dans votre vie (à part vouloir devenir Roi) ?
Cela me semble une tâche bien trop hardie et ardue que d'énumérer la globalité de la chose. Mener une vie humble et apaisée, loin du fracas des querelles de politiciens véreux et de mercenaires abrutis par le pouvoir (et je fais assurément parti du lot). Le repos personnel pourrait être une alternative à atteindre dans la vie. Ah oui... Il y a le mariage aussi.

- Dévoilez votre casier judiciaire.
Maintes fois condamné, jamais jugé, toujours gracié. C'est le grand paradoxe de l'ère actuelle mon ami, à l'heure où juges et procureurs peuvent être repris sur tout et n'importe quoi et voir tout leurs potentiels procès parvenir jusqu'en Cour d'Appel. Le Souverain n'a lui-même pas besoin d'y mettre les formes.

- Avez-vous quelque chose à voir dans l'assassinat de la Reyne Angelyque ?
Qui ça ? Connaît pas, rien de plus qu'une mémoire en perdition. En revanche, si vous voulez le nom du salopard qui a bousillé l'esprit de ma mère, ne cherchez pas bien loin, c'est celui qui se prétend Général de France.

- Que comptez-vous faire avec l'Empereur ?
Négocier. Quoi d'autre ? Trouver un accord satisfaisant pour permettre à l'amitié franco-impériale de ne pas mourir doit être la première priorité et je pense être le mieux placé pour mener à bien cet objectif.

- Allez-vous offrir des fleurs aux trois duchés indépendantistes ?

Pour fleurir les tombes des indépendantistes ? Je ne vous pensais pas si taquin !
Mais si ils demeurent sages et sans plus laisser n'importe qui monter d'armée chez eux, nous pourrons peut être reconsidérer la question.

- Et le fils de la Reyne ? et le général Namaycush ?
Maximien ? Nous l'apprécions, même si il est un peu mollasson, entre nous, hein, et qu'il s'est laissé trop écraser par sa harpie de mère. Ne le répétez pas, mais déjà tout petit, elle lui mettait beaucoup trop de fessées dès qu'il ne faisait pas comme elle voulait. C'était assez indigne.
Quant au petit soldat, il me semble de rigueur que de le mettre au chômage technique.
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Ven 31 Juil 2015 - 11:33

20/07/1463 Entretien avec Zelha, candidate aux royales




Paris (AAP) - Entretien réalisé par Eliance.

- Pourquoi vous ?
J'ai une bonne connaissance des institutions du royaume. J'ai pu établir de bonnes relations avec les provinces de France et mon travail a été reconnu durant les deux derniers règnes. C'est une suite logique.

- Quelles sont les tares physiques qui risquent de vous être fatales un jour ?
Pourquoi parler de fatalité alors que je suis jeune et en bonne santé ? Hormis le manque de sommeil dû au travail, je ne vois pas... peut-être l'étroitesse de mes hanches si la nature veut que je porte un jour un héritier.

- Qu'est-ce que vous n'avez encore jamais fait dans votre vie (à part vouloir devenir Roi) ?
Oulà, il y a plein de choses mais je vais vous avouer que je ne sais pas nager, je ne suis donc jamais montée sur un navire qui quitte un port.

- Dévoilez votre casier judiciaire.
Vierge voyons ! quelle question !

- Avez-vous quelque chose à voir dans l'assassinat de la Reyne Angelyque ?
Du tout, elle était en Bourgogne et moi en Orléans à ce moment là. Jamais je n'aurais attenté à sa vie ! Comme tout le monde j'ai des défauts, mais je suis loin de vouloir fomenter un assassinat. Je sers la Couronne, je ne me sers pas d'elle.

- Que comptez-vous faire avec l'Empereur ?

Je compte négocier avec lui et poser à plat les cartes sur la table. Nous ferons des propositions justes en espérant que cette guerre puisse toucher à sa fin.

- Allez-vous offrir des fleurs aux trois duchés indépendantistes ?

Des fleurs, dépenser des sous pour des provinces ne reconnaissant pas leur Monarque ? Vous oubliez que ma pingrerie est légendaire.

- Et le fils de la Reyne ? et le général Namaycush ?
Azhaar ? Il se présente aussi.
Namay ? Il peut faire mal, très mal ! Je le sais, j'en ai gardé un souvenir cuisant.
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Ven 31 Juil 2015 - 11:34

20/07/1463 Entretien avec Namaycush, candidat aux royales




Paris (AAP) - Entretien réalisé par 22.

- Pourquoi vous ?
Pourquoi pas !

- Quelles sont les tares physiques qui risquent de vous être fatales un jour ?
Ma femme.

- Qu'est-ce que vous n'avez encore jamais fait dans votre vie (à part vouloir devenir Roi) ?
J'suis jamais monté sur un poney rose.

- Dévoilez votre casier judiciaire.
C'est classé secret défense.

- Avez-vous quelque chose à voir dans l'assassinat de la Reyne Angelyque ?
Nan là encore c'est ma femme.

- Que comptez-vous faire avec l'Empereur ?
Des confettis.

- Allez-vous offrir des fleurs aux trois duchés indépendantistes ?
Oui des bouquets de ciguë.

- Une fois Roy, que comptez vous faire avec le fils de la Reyne Angelyque ? Et que comptez-vous faire avec vous-même ?
Ce que je compte faire de... ? Je ne parle pas de choses qui n'existent pas.
De moi... si vous saviez.
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Ven 31 Juil 2015 - 11:34

20/07/1463 Entretien avec Mélusine, candidate aux royales




Paris (AAP) - Entretien réalisé par Richard de Cetzes.

- Pourquoi vous ?
Parce qu'entre les candidats déjà déclarés et ceux qui ambitionnaient le trône, une grande part du Royaume ne se trouvait pas représentée.

- Quelles sont les tares physiques qui risquent de vous être fatales un jour ?
De toute évidence les très fameux poumons des Malemort. Fort heureusement, nous avons le dos large et les reins solides.

- Qu'est-ce que vous n'avez encore jamais fait dans votre vie ?
Bien trop de choses. Nous ne sommes qu'une jeune princesse à l'orée de sa vie, contrairement à la vieille Dame que nous entendons gouverner.

- Dévoilez votre casier judiciaire.
Vierge, naturellement. Le casier comme le reste.

- Avez-vous quelque chose à voir dans l'assassinat de la Reyne Angelyque ?
Bien évidemment que non. Et le cas échéant, vous pouvez être certain que vous seriez sans doute la dernière personne à en être informée.

- Que comptez-vous faire avec l'Empereur ?
La paix, car tel est notre désir. La guerre, si telle est son obstination. Pacifistes nous sommes, mais des pacifistes très entraînés.

- Allez-vous offrir des fleurs aux trois duchés indépendantistes ?
Des fleurs ? Étrange question que voilà. Car c'est loin d'être ce qu'ils désirent. Et moins encore ce que nous voulons.

- Et le fils de la Reyne ? Et le général Namaycush ?
Malgré leur haine réciproque et des qualités diverses, ces deux personnalités ont deux points communs : l'inconséquence et la démesure.
Nous entendons cependant travailler en bonne intelligence avec eux si nous accédions au trône.
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Ven 31 Juil 2015 - 11:35

20/07/1463 Entretien avec Alizarine, candidate aux royales




Paris (AAP) - Entretien réalisé par Eliance.

- Pourquoi vous ?
Ce sont les mêmes depuis des années qui gouvernent la France. Le résultat je n'ai pas besoin de le démontrer. Je pense donc pouvoir incarner « l'attente » de nombreux Français qui déménagent, se taisent ou s'ennuient et qui vont ailleurs pour voir si l'herbe est plus verte.

- Quelles sont les tares physiques qui risquent de vous être fatales un jour ?
J'ai des rides dues à un certain âge. Je ne vais pas mal, mais rassurez-vous, un jour je ne manquerai pas de mourir (citation).

- Qu'est-ce que vous n'avez encore jamais fait dans votre vie (à part vouloir devenir Roi) ?
Je n'ai jamais pris mon navire pour aller au-delà de l'horizon. La tentation est grande pourtant.

- Dévoilez votre casier judiciaire.
Les Fatums ayant envahi la Normandie m'ont mis dès les premiers jours en procès. Ce procès a été annulé mais voila le résultat.
Procès pour haute trahison initié le 1461-10-08. Accusateur : Duché de Normandie. Le juge du Comté : Kirat. Le Comte : Dida. Enoncé du verdict : Coupable. Sentence : une peine de prison de 7 jours.

- Avez-vous quelque chose à voir dans l'assassinat de la Reyne Angelyque ?
Je ne l'aimais pas mais non je n'ai pas assassiné cette femme.

- Que comptez-vous faire avec l'Empereur ?
Faire un état des lieux stratégique me semble la base. Ensuite je verrais si nous sommes en position de discuter ou pas.

- Allez-vous offrir des fleurs aux trois duchés indépendantistes ?
Je doute que ce soit le genre de cadeaux qu'ils aiment. Je doute même de l'utilité de la chose autant pour eux que pour la France. Je préfère poser un objectif, savoir où est l'intérêt de la France et ensuite agir en conséquence.

- Et le fils de la Reyne ? et le général Namaycush ?
Le général se présente actuellement aux élections il faut donc attendre le résultat des votes. « Construire des châteaux en Espagne » n'est pas vraiment dans mes habitudes.
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Ven 31 Juil 2015 - 11:35

20/07/1463 Entretien avec Victoire, candidate aux royales




Paris (AAP) - Entretien réalisé par Eliance.

- Pourquoi vous ?
Je suis bien entendu la candidate qu’on n’attendait pas pour ces élections, peu connue dans le Royaume, certes, mais ne dit-on pas que les habitudes sont faites pour changer ? Je mène cette campagne électorale avec pour compagnie ma sincérité, mon respect en mes engagements.

- Quelles sont les tares physiques qui risquent de vous être fatales un jour ?

Drôle de question, je n’en ai aucune.

- Qu'est-ce que vous n'avez encore jamais fait dans votre vie (à part vouloir devenir Roi) ?
Embarquer sur un navire par crainte d’ennui et du mal de mer. Je préfère de loin garder les pieds sur terre.

- Dévoilez votre casier judiciaire.

Rien de bien croustillant, jamais suspectée, jamais mise en procès, donc jamais condamnée.

- Avez-vous quelque chose à voir dans l'assassinat de la Reyne Angelyque ?

En toute franchise, ai-je une tête de criminelle pour que vous me posiez une telle question ?

- Que comptez-vous faire avec l'Empereur ?

Soyons réalistes, je ne vais certainement pas « tendre le bâton pour me faire battre », vous devez vous douter que je suis contre la guerre et c’est bien pour ça que les négociations doivent reprendre afin de faire un état des lieux plus précis et tenter de ramener la paix.

- Allez-vous offrir des fleurs aux trois duchés indépendantistes ?

D’après vous, je suis plutôt du genre à en offrir plutôt qu’à en recevoir ?

- Et le fils de la Reyne ? et le général Namaycush ?

Sincèrement, je ne les ai jamais côtoyé ni l’un ni l’autre et je ne porte jamais de jugement sur qui que ce soit lorsque je ne le connais pas. Je mentirai en disant qu’ils ne m’ont jamais écrit, l’un pour m’inviter dans son QG pour ces élections, l’autre pour m’encourager lorsque je me suis présentée la première fois aux élections comtales en Limousin et Marche. À vous de deviner qui est l’un et qui est l’autre.
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Ven 31 Juil 2015 - 11:36

26/07/1463 Résultats du premier tour de l'élection royale

Résultats du premier tour de l'élection royale :

NomPourcentage
zelha38.67 %
namaycush26.51 %
melusinedemalemort14.86 %
alizarine8.09 %
victoire_4.45 %
lemerco4.42 %
azharr2.99 %
zelha et namaycush accèdent au second tour.


29/07/1463 Entretien avec Zelha - Second tour des Royales




Paris (AAP) - Entretien réalisé par l'Oisillon et Eliance.

- On veut tout savoir de vous, tant que c'est intéressant et intéressé.
Je suis Zelha d’Aunou, et je suis candidate au trône de France afin de pouvoir m’impliquer de la manière la plus complète dans ce que je préfère et ce que je fais le mieux : travailler pour mon pays. J’ai toujours été au service du royaume, en tant qu’intendante, puis surintendante des finances, puis Grand Maître de France, et je suis convaincue de pouvoir le servir encore plus efficacement si je suis reine. Ceci pour deux principales raisons : la première est due à ma position. Je connais l’ensemble des dossiers qui concernent la Couronne mieux que personne pour avoir participé au règne qui s’achève, j’ai pu déterminer ce qui était bien et ce qui n’allait pas, et en tant que reine j’aurais enfin les mains libres pour faire le nécessaire. La seconde est due à mes origines : je ne suis membre d’aucune grande famille, ce qui me permet d’être indépendante aussi bien politiquement que spirituellement. Ainsi, je n’aurai pas peur de prendre les décisions qui s’imposent pour changer ce qui ne va pas en France.

- Quel est votre cheval de bataille pour ses élections ?
Je ne suis pas une candidate à cheval de bataille. Je prétends à diriger jusqu’à la fin de mes jours le plus grand royaume du monde, et je dois pour cela me préparer à assurer une gestion sérieuse, sans excès, de l’ensemble des sujets en rapport avec la Couronne. Faire ma campagne sur un thème uniquement, ce serait ignorer l’ensemble des autres problèmes, ce que je ne m’autorise pas à faire.
Mais je ne suis pas sourde aux préoccupations des électeurs, et je sais que le conflit avec l’empire est le principal problème en France. Sur ce sujet, plus encore que sur tous les autres, mon équipe et moi sommes perpétuellement dans la réflexion, la discussion et l’action, pour qu’une issue favorable soit trouvée au plus vite après le début du règne.

- Que pensez-vous de votre rival ?
Il a été un général d'une grande loyauté envers feue Sa Majesté Angélyque, ce qui est une qualité que tout chef d'Etat peut apprécier chez un subordonné.

- Un dernier mot ?
Nous sommes dans une période critique des points de vue militaire, religieux et diplomatique, et ce n’est pas les seuls chantiers du règne à venir. Il faut prendre le temps de réformer les offices dont l’organisation chaotique ralentit le travail des serviteurs du royaume, et il ne faut pas minimiser l’importance de l’animation dans le royaume, car un pays où il fait bon vivre et dont l’administration fonctionne vite est un pays puissant. La France a besoin sur son trône de quelqu’un qui a le temps et la volonté de gérer l’ensemble des aspects d’un royaume, et non uniquement les plus glorieux. Et je pense avoir prouvé, durant mes années de service dans les grands offices, que je suis cette personne.


29/07/1463 Entretien avec Namaycush - Second tour des Royales



Paris (AAP) - Entretien réalisé par l'Oisillon et Eliance.

- On veut tout savoir de vous, tant que c'est intéressant et intéressé.
On ne se voit bien qu'au travers du regard de ceux qui nous aiment, ma femme et mes amis les plus proches ont répondu à cette question.
« Namay a un caractère fort, parfois impulsif et emporté. On a parfois envie de le frapper. Mais nous avons su trouver en lui un ami fidèle et sincère, un mari passionné, plein de belles convictions pour la France. S’il est parfois têtu, il est cependant un amoureux du dialogue. Il sait certes se faire entendre, mais aussi se taire pour écouter. Force est de constater qu’avec de bons arguments en faveur d’une idée, il sait changer d’avis et voir l’intérêt collectif avant tout. Il est homme à privilégier et à reconnaître la compétence, les valeurs morales et l’engagement. Nous le soutenons car nous avons la conviction qu'il sera un Roy juste qui saura faire rayonner la France. »

- Que pensez-vous de votre rival ?
Elle aurait fait sans doute une belle reine, mais j’ai déjà épousé la plus belle.

- Quel est votre cheval de bataille pour ses élections ?
À dire vrai, j’en ai plusieurs : la paix pour le Royaume de France, la réforme d’institutions qui s’enfoncent actuellement dans la léthargie, la foy aristotélicienne dans la tolérance et adaptée à notre époque, voilà les principaux même si la communication avec tout me semble être la base pour mener à bien ces actions et d’autres. La féodalité et le rapport humain dans un rapprochement avec toutes nos provinces restent pour nous une volonté essentielle. Ensuite, l’on m’a offert plusieurs poneys roses ces derniers temps, j’avoue que je prends un plaisir inattendu à chevaucher ses montures. Elles sont douces et aimantes. Tout comme ma femme, mais dans le couple tout est dans l’équilibre et nous chevauchons l’un l’autre, avec plaisir mais toujours ensemble.

- Un dernier mot ?
À dada, chérie !


02/08/1463 Résultat du second tour de l'élection royale

Résultat du second tour de l'élection royale

zelha est devenu le nouveau souverain de Royaume de France avec 61.65 % des voix !
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par andaine le Mer 21 Oct 2015 - 10:41

28/08/1463 Trahison en Orléans



Paris (AAP) - Au cœur du Domaine royal, le duché d'Orléans est au centre d'un événement politique initié depuis sa capitale. Arrêtée et jugée pour haute trahison, l'ancienne mairesse Samaële s'était, il y a peu, enfuie en dérobant la caisse.

Le 26 juin, Samaële est élue à une très large majorité (84% des suffrages exprimés) mairesse de la ville d'Orléans face au maire sortant, Henri de Navarre. Une quinzaine de jours suivant son élection, dans la nuit du 10 au 11 juillet, elle s'empare des quelques milliers d'écus et objets appartenant à la cité orléanaise et, après en avoir distribué une partie aux villageois les plus démunis et supprimé les impôts, quitte précipitamment et discrètement le duché accompagnée d'une solide escorte vers le Berry. Ce n'est que le lendemain, à la surprise générale, qu'elle explique son geste. Affirmant agir au nom de Fatum, à qui une partie de l'or parvient, elle entend alors dénoncer par cette action « le comportement des grands de ce monde à l’égard [du] peuple » et leur oppression sur celui-ci. Les autorités orléanaises condamnent avec vigueur ce vol et son illégitimité. En effet, ils mettent en avant la nature criminelle et le peu de considération dont fait preuve l'Alliance pour laquelle Samaële agit vis-à-vis du peuple, ainsi que la part réduite que ce dernier s'est vu offrir.

Trois jours plus tard, le 14 juillet, Samaële décide néanmoins de se rendre aux autorités orléanaises, accompagnée seulement d'une amie. Elle est arrêtée à la frontière par le capitaine Amasco et une escorte militaire, puis amenée au tribunal orléanais pour son procès, qui durera plus d'un mois. Celui-ci est vif et bondé. Les citoyens y sont partagés entre soutien, déception et colère. Pendant ce temps, un détachement de l'Alliance Fatum et l'Eldorado s'emparent de la ville de Patay le 9 août. Plusieurs procès illégaux sont alors menés, visant à provoquer le duché, dont plusieurs sont sans doute en relation avec l'arrestation de Samaële et même un semble viser la nouvelle Reyne Zelha. Mais les événementsn'entachent cependant pas le bon déroulement du procès contre l'ancienne mairesse d'Orléans, dans lequel celle-ci nie la nature « brigande » de son action tandis que l'accusation expose les liens douteux qui semblent la rapprocher de l'Alliance Fatum.

À ce jour, le procès est encore en cours contre celle que certains appellent déjà la « traîtresse » Samaële. Si la nature exacte de ses intentions et de ses relations avec l'Alliance brigande est encore floue, les faits et événements semblent jouer en sa défaveur aux yeux de la justice orléanaise.

Richard de Cetzes, pour l'AAP
avatar
andaine
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux

Messages : 1505
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 583
Localisation : Sent Bertran de Comenge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: An de grasce 1463

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum